You are currently browsing the tag archive for the ‘Yvan Lachaud’ tag.

N’en déplaise à certains, Yvan LACHAUD, Président du groupe Nouveau Centre à l’Assemblée nationale, et, à ce titre, acteur majeur dela Majoritéprésidentielle, a été investi non seulement par l’Alliance, composée notamment du Nouveau Centre et du Parti Radical, mais aussi par l’UMP.

 C’est aussi le cas des trois autres députés de la majorité présidentielle que compte le département.

 La 5ème et la 6ème circonscriptions ne sont pas dans ce cas. Il est donc normal que les deux composantes de la majorité présidentielle discutent sur le choix d’un candidat commun.

 Sur la 6ème circonscription, l’Alliance a investi Thierry PROCIDA, élu de terrain, Conseiller général du 2nd canton de Nîmes. L’UMP a fait un autre choix. Les instances nationales en discuteront et trancheront ; l’important étant qu’un accord soit conclu, et que, d’ici là, la campagne se passe dans le respect de chacun. Que je sache, tel est le cas.

 Que certaines personnalités de l’UMP nîmoise, qui ont un goût exacerbé pour la polémique, préfèrent  soutenir des candidatures fantasques dont l’objectif final demeure incompréhensible, est regrettable. Ce faisant, ils se marginalisent en s’écartant d’une ligne politique cohérente et porteuse pour l’avenir de notre territoire et de notre pays.

 Cela n’empêchera cependant en rien l’expression de la diversité au sein de la majorité présidentielle comme le souhaite l’ensemble de ses principaux responsables.

                                            Jacky RAYMOND 

Président délégué du Nouveau Centre Gard

Publicités

Comble, la grande salle de l’Hôtel Holiday Inn. Combles aussi la coursive et le Hall de l’accueil. Ils étaient en effet au moins 1500 personnes, difficiles de faire le compte dans ces conditions. Une affluence sans doute record pour l’édition 2012 des voeux d’Yvan LACHAUD.

En cette année électorale, le premier rendez-vous du député gardois a été un franc succès. Non seulement populaire, mais aussi, pour les animations proposées.

C’est en effet la troupe de Catherine SERRANO et Inas da Cuenca, alors que le festival de flamenco bat son plein à la Cité des Antonins, qui a ouvert les festivités, par des danses flamenca très appréciée du public.

Suivie peu après de l’excellente prestation de l’Ensemble Polyphonique de Garons, qui comme il y a trois ans, est venu interpréter le registre des grands airs d’Opéra, mais aussi, entonner La Marseillaise, l’hymne à la joie, et la Coupo Santo au terme des prises de paroles du député.

Prise de parole au cours de laquelle Yvan LACHAUD a rendu hommage à la mémoire de Jean Yannicopoulos, de son ami, Joseph Prat, mais aussi du journaliste Christophe Donnet, disparu la veille. Impossible également, pour le Président de groupe à l’Assemblée, de ne pas évoquer l’attentat subi par les soldats français en Afghanistant, auquel, il se devait de rendre hommage.

Entouré par l’ensemble des maires de la Vistrenque, mais aussi, par le maire de Jonquières St Vincent, par Richard TIBERINO qui représentait le Sénateur-Maire de Nîmes, par Mireille CELLIER, ancienne maire de Beaucaire, par Aimé BARACHINI, 1er adjoint de Fourques, il a par la suite insisté sur l’esprit qui l’anime depuis qu’il a été investi de ces nouvelles fonctions, et qui lui permettent « de faire porter au plus haut niveau, la voix du terrain, la voix du sud, la voix du bon sens ».

Vous pouvez retrouver l’intégralité de son discours, ci-dessous.

Enfin, comme chaque année, Yvan LACHAUD a tenu à décerner la médaille de l’Assemblée nationale à des personnalités gardoises particulièrement méritantes. Cette année les récipiendaires étaient:

Guy Bergenti, Président des Restau du Coeur du Gard, félicité par Hélène Alliez-Yannicopoulos.

Franck-Lin Dalle, jeune propriétaire du domaine Campuget, et particulièrement mobilisé sur le dossier d’indemnisation de ses collègues arboriculteurs victimes de la Sharka.

François Gonnet, artiste peintre, enseignante, et mère de famille engagée pour les plus démunis.

Christophe Geraldes, apprenti boulanger, lauréat du concours national des apprentis, accompagné par son maître de stage Noël Croxatte, artisan boulanger à Milhaud.

Denis Volpilière, ancien président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Nîmes, et entrepreneur nîmois.

La soirée s’est ensuite terminée autour d’un verre et d’un apéritif animé par Alain Rattier et son « quartet idéal ».

Merci à tous d’être venus aussi nombreux!

Retrouvez l’intégralité de son discours ICI.

« En annonçant sa candidature ce matin en Normandie, Hervé MORIN réalise une démarche personnelle courageuse, avec la volonté de porter les idées centristes au cœur du débat politique de cette élection présidentielle.

Je ne peux que saluer sa détermination qui fait de lui le premier candidat de la majorité présidentielle à se déclarer officiellement. Au congrès du mois de février, les militants du Nouveau Centre seront amenés à se prononcer sur cette candidature.

Hervé MORIN a toutes les qualités d’un leader. Il l’a démontré en tant que ministre de la Défense, où il a mené une réforme importante qui a permis à l’armée d’économiser 1,5 milliards d’euros sur son fonctionnement.

Je veux aussi insister sur les qualités morales d’un ami dont les valeurs et l’engagement se situent clairement dans la Majorité présidentielle.

Hervé MORIN grâce à sons sens aigu de la démocratie, a, depuis 2007, dirigé le parti dans un véritable esprit collégial.

En conséquence, si nous ne sommes pas tous d’accord sur la stratégie à mener, nous sommes en revanche tous d’accord sur les deux objectifs à atteindre: faire en sorte que la droite et le centre conservent la majorité présidentielle, et faire en sorte que nos idées pèsent davantage au sein de celle-ci.

Je fais confiance à Hervé MORIN pour faire les meilleurs choix pour le centre et la majorité présidentielle dans les mois à venir. »

Les 600 conseillers nationaux du Nouveau Centre s’étaient donnés rendez-vous dimanche 20 novembre pour valider le projet national du Nouveau Centre pour 2012. Fruit du travail de plus d’un an mené par Jean-Marie CAVADA et Philippe VIGIER, le projet centriste compile les propositions formulées au cours de la douzaine de conventions nationales et des dizaines de conventions départementales sur de nombreux thèmes. Il en ressort un document réellement participatif au sein duquel les militants du Nouveau Centre peuvent se retrouver pleinement.

Ce conseil national a également été marqué par les interventions de la plupart des leaders centristes, mais a débuté, par le diagnostic sans concession de Dominique REYNIE, sur les attentes des français.

Charles de Courson a ensuite posé le cadre budgétaire de ce projet, indiquant « qu’il ne serait pas venu, si ce projet n’avait pas été chiffré », et que, « de quelque bord que l’on soit, on se doit de gérer de manière sérieuse la nation. C’est le principe de la règle d’or. » Ce projet s’inscrit donc dans la perspective de trouver les 63 milliards d’€ annuels qui manquent au budget de l’Etat pour ne pas être en déficit de fonctionnement. Si l’on ne devait jouer que sur les dépenses, cela impliquerait une baisse de budget de fonctionnement de l’Etat de 17%, ce qui relève de l’impossible. Pour le député de la Marne, il faudra donc « gagner 28 milliards d’€ sur les niches fiscales » ce qui ne lui semble pas être un « challenge immense », surtout au regard des enjeux: « si l’on arrive pas à gérer nos finances publiques, un régime autoritaire risque de prendre la place de la démocratie. » Au delà du rabot sur les niches fiscales, Charles de Courson préconise la mise en place d’un « bouclier emploi » basé sur une augmentation de la TVA pour améliorer notre compétitivité en diminuant les charges sociales qui sont assises pour les trois quarts des 440 milliards d’€ qu’elles représentent sur le travail… La TVA Emploi, permettrait avec une hausse de 4% du taux de TVA de faire rentrer 35 milliards dans les caisses et de faire baisser le coût du travail en France de 5,40%. « Aujourd’hui, les centristes sont les seuls à défendre aussi clairement cet engagement pour l’adaptation de notre financement social vers la consommation plutôt que la production. »

Catherine MORIN DESSAILLY, Sénatrice, et Jérémy COSTE, Président des Jeunes Centristes ont pour leur part fait valoir que la première force de notre nation devait être l’éducation. Pour la Sénatrice, il faut sortir de la vision « uniquement comptable de l’éducation », il ne faut ni du toujours moins, ni du toujours plus, mais repenser globalement l’école, sur l’autonomie et le modèle de ses établissements, sur ses rythmes scolaires, et aussi sur son modèle de formation.

Avec l’éducation, la sécurité est aussi une grande préoccupation des français. C’est le message délivré par Yvan LACHAUD  . Il a invité ses collègues centristes à se saisir de cette question pour qu’avec notre sensibilité humaniste nous apportions des réponses concrètes et efficaces au problème posé par la délinquance quotidienne que vivent nos concitoyens et les exaspèrent.

Sophie Auconie, députée européenne, et présidente de Femmes au Centre, a pour sa part décliné la priorité qui doit être donnée à l’Europe fédérale. Une europe capable de mettre en place un gouvernement économique, une politique industrielle, énergétique, qui permettront aux européens de mieux défendre leurs valeurs et leur modèle de société.

Et Rudy Salles de sur-enchérir, « si on a une crise, ce n’est pas parce qu’il y a trop d’Europe, mais pas assez. L’Allemagne pense sérieusement au fédéralisme… » quelle réponse allons nous lui donner? Pour le député des Alpes-Maritimes, en tout cas, c’est clair: « Je préfère laisser un peu de souveraineté à l’Europe que de devenir un satellite de la Chine! »… et Jean-Marie CAVADA d’ajouter: « avec le montant de notre dette, notre souveraineté, elle est dans la salle des marchés! »

Jean DIONIS, député-maire d’Agen, à l’origine d’une baisse des charges pour les agriculteurs grâce aux revenus de la taxe sur les sodas,  a pour sa part défini les nouveaux besoins des néo-ruraux « avant, on nous demandait des bureaux de poste, et des services publics… aujourd’hui, mes concitoyens des petites communes attendent des médecins, du haut-débit, et le maintien des commerces de proximité. »

Enfin, Damien ABAD est revenu sur la nécessité d’une taxation des transactions financières au niveau européen, et une politique énergétique et environnementale commune.

Enfin, les représentants des partis membres de l’Alliance se sont succédés à la tribune: Thierry CORNILLET pour le Parti Radical a défendu le principe « des idées communes, des candidats communs, une attitude commune », une union nécessaire, pour se relever de la « faute professionnelle commise contre le centrisme par François BAYROU en 2007. »

Jean-Marie BOCKEL, en tant que Président de la Gauche Moderne, a soutenu la démarche conduite par Hervé MORIN vers la présidentielle, et fustigé l’attitude des verts et du PS: « j’en étais resté à E=MC². J’ignorais que l’énergie, quand elle était nucléaire, pouvait se transformer en circonscriptions », et d’être « atterré » par « l’archaïsme, le conservatisme, et, je pense, l’insincérité des socialistes. »

Enfin, François SAUVADET et Hervé MORIN ont débattu ouvertement, et dans le plus grand respect mutuel des options stratégiques à venir.

Pour le premier, la question d’une candidature Nouveau Centre à la présidentielle se pose: « l’avenir de notre famille politique se joue-t-il au soir du 1er tour de la présidentielle, ou au soir du 2ème tour des législatives? » Et d’y apporter en réponse, l’influence, certes tardives, « mais reconnues par les faits (la règle d’or, le fédéralisme européen) » et le rôle du groupe centriste au cours de cette législature. Pour lui, « le 1er tour de la présidentielle, c’est un moment clé pour ceux qui veulent porter un message symbolique tous les cinq ans… » ce n’est pas le cas des centristes qui aspirent à la construction plus qu’à l’opposition systématique. Et de conclure, « je ne doute pas de tes capacités, cher Hervé, mais notre parti se doit de reconstruire le centre. »

Accueilli par une standing ovation, Hervé MORIN, revient d’abord sur le projet centriste: « un programme pour 5 ans, dans une conjoncture aussi incertaine, est-ce bien sérieux? Et bien oui, chers amis, c’est sérieux, quand on fait un projet chiffré, réaliste, et qui ne tombe pas dans la facilité budgétaire. »

Pour le président du NC, les mois à venir, ce sera tout sauf « Hollande au pays des merveilles ». « Qui peut croire qu’il suffit d’injecter 60 000 enseignants de plus, revenir au nombre  d’enseignants de 2007, pour que plus un enfant ne sorte illettré de l’école primaire? C’est tellement facile et même méprisant de dire: je vous donne 60 000 postes, alors vous me foutez la paix, et surtout vous votez pour moi! Oui, il y a besoin d’argent pour l’éducation, mais pas n’importe comment. »

Hervé MORIN a plaidé pour une société durable, désendettée, qui fait évoluer sa fiscalité de la production vers la consommation, et qui fait payer plus ceux qui gagnent plus. Associer tout le pays à l’effort qui doit être le nôtre dans les années à venir, c’est aussi faire passer la durée hebdomadaire de travail de 35 à 37 heures. « On doit être capable de bosser deux heures de plus par semaine pour tirer son pays de l’ornière dans lequel il est tombé. »

Mais pour demander ces efforts aux français, il faut une démocratie exemplaire, et de proposer entre autres mesures qui seront soumises à référendum dans les trois mois qui suivent la présidentielle, l’inégibilité à vie pour les politiques condamnés pour des scandales politico-financiers.

Hervé MORIN, souhaite qu’on sorte d’une croissance assise sur la consommation et financée par l’endettement. Il faut à présent qu’elle s’appuie sur les PME et sur notre appareil de production. Et de défendre la TVA Emploi « car qu’on paie nos dépenses sociales par la TVA ou par les prélèvements, c’est toujours le même montant. » Et même si ça semble impopulaire, faute de pédagogie, et sans doute d’un trop plein de démagogie, il faut rappeler que la TVA Sociale a marché en Europe du Nord, car elle permet de faire payer les dépenses sociales par les produits importés et par les touristes.

Enfin, Hervé MORIN a répondu à François SAUVADET, en affirmant, que « renoncer maintenant, c’est mourir sans fleurs ni couronnes ». « Nous devons être des acteurs et pas seulement des spectateurs des élections de 2012. »

Sommaire:

Le discours d’Hervé MORIN dans son intégralité

Changer d’ère – Le projet politique du Nouveau Centre – téléchargez le en intégralité et en .pdf

Vous pouvez également le consulter sur ce site:

CINQ PRIORITES

Priorité à l’Emploi

Priorité à l’Ecole

Priorité à la Démocratie

Priorité à une Europe fédérale

Priorité au désendettement

De nouvelles politiques:

Sécurité: Restaurer l’autorité de l’Etat

Une agriculture compétitive

Réussir la transition vers une croissance durable

Des clefs pour maintenir le pouvoir d’achat des français

Réussir la révolution numérique

Dans le cadre du débat d’orientation budgétaire pour 2012, le groupe Nouveau Centre a exprimé, par la voix de Jacky RAYMOND les principes de gestion qu’il défend, ainsi que les axes qu’il considère comme prioritaires dans l’action menée par la Ville de Nîmes.

 Transparence, prévoyance, maîtrise, trois principes, qualifiés de « vertueux », essentiels à la gestion des deniers publics caractérisent la gestion des finances de la ville par Yvan LACHAUD. Dans les temps économiquement troublés que nous connaissons, la vigilance constante du service des finances sur les taux d’intérêts est une garantie d’une gestion optimale. 

Par ailleurs, le groupe Nouveau Centre a défendu trois secteurs prioritaires pour garantir le « mieux vivre-ensemble des nîmois » : le secteur de l’éducation, «premier lieu de scolarisation », celui de la sécurité, et celui de l’attractivité du centre ville et de son développement économique.

——————————————

Monsieur le Maire, Chers collègues,

Permettez-moi, avant que je ne m’exprime, au nom du groupe Nouveau Centre, d’adresser de vifs remerciements à Yvan LACHAUD ainsi qu’au responsable et aux personnels du service des Finances,

– d’une part,  pour le travail d’une rigueur et d’une transparence remarquables qu’il réalise année après année, au bénéfice de nos concitoyens nîmois – et je tiens à les en féliciter au nom de mon groupe ;

– d’autre part, pour le choix, en page de couverture du document d’orientation budgétaire, d’une photo de la maquette du futur groupe scolaire Henri Wallon – le

groupe Nouveau Centre y voit un triple signe : une attention particulière portée à l’éducation ; un équipement de qualité exceptionnelle dans un secteur de l’éducation prioritaire pour un public fragile ; un clin d’œil dans la perspective de l’ouverture à la rentrée 2012.

M’exprimant, de manière synthétique, au nom des élus du groupe Nouveau Centre de la Villede Nîmes, je tiens à réaffirmer un certain nombre de principes qui doivent guider l’action des collectivités, comme de l’Etat, en particulier dans les temps difficiles que nous connaissons. 

 Ces principes essentiels sont au nombre de trois :

 – Le premier, c’est celui d’une gestion transparente. Et le débat d’aujourd’hui propose justement de permettre à nos concitoyens d’apprécier en toute connaissance de cause les arbitrages qui sont ceux de notre municipalité.

 – Le deuxième, c’est celui d’une gestion prévoyante, qui se traduit à la fois par notre volonté à  ne pas dépenser plus que ne nous le permet notre capacité d’autofinancement et à lutter contre l’endettement et les déficits. Et c’est avec fierté que nous soutenons une politique qui a permis de réduire la dette de 28% – réduction progressive de 84 M €  en dix ans.

– Enfin, le troisième et dernier principe de gestion que je souhaite exposer aujourd’hui, c’est celui d’une gestion mesurée, maîtrisée, et respectueuse des deniers de nos concitoyens. Cela fait dix ans que les services de cette Ville ont mis en pratique des méthodes de management, de gestion, qui optimisent le service rendu à nos concitoyens c’est-à-dire qui conjuguent efficacement des objectifs économiques et qualitatifs. Nous devons persévérer dans cette démarche et faire en sorte que l’investissement soit toujours préféré à la dépense de fonctionnement.

 Transparence, prévoyance, maîtrise, trois principes, que je pourrais qualifier de « vertueux », qui devraient toujours être au fondement de toute politique publique, mais qui sont trop souvent sacrifiés, dans notre République laïque, sur l’autel de la communication, de la gestion de court terme et des « cadeaux » catégoriels.

 Grâce à cette politique menée avec constance depuis dix ans, nous avons l’opportunité de maintenir un niveau élevé d’investissement et de pouvoir aujourd’hui, dans le cadre de ce débat budgétaire, exprimer des choix clairs.

 Ce n’est pas un plaidoyer pro domo que je veux prononcer, sachant que les investissements sont essentiels dans les divers secteurs de la vie et de l’activité de notre ville. Mais je dois dire que la question scolaire représente pour les élus du groupe Nouveau Centre une priorité absolue.

 L’école, c’est pas seulement le lieu premier de la construction des apprentissages, c’est aussi celui de la socialisation, c’est-à-dire de celui de l’apprendre à vivre ensemble, c’est encore celui de l’action sociale, notamment au travers de l’aide aux familles. La question scolaire est pour nous, Centristes, au cœur de l’action publique pour préparer et fonder notre avenir.

 Notre Ville témoigne de cette priorité par ses investissements majeurs, et d’une particulière qualité – nul besoin de les rappeler ici ; ils figurent très clairement dans le document –, comme par sa capacité d’entretien et d’amélioration de ses bâtiments scolaires.

Mais la Ville ne limite pas son champ d’action aux seuls aspects matériels, même s’ils sont essentiels et correspondent à une compétence historique des communes. Elle a aussi une ambition éducative affirmée et affichée, au plan axiologique, c’est-à-dire en matière de valeurs et de sens, comme au plan stratégique, la visée centrale étant la réussite des écoliers nîmois. Je n’en prendrai ce matin pour seul exemple, pour ne pas allonger mon propos, que l’opération « Ecoles numériques nîmoises » – je ne voudrais pas être polémique, mais il s’agit là d’une toute autre démarche que celle consistant à distribuer des ordinateurs aux élèves.

 Je parlais à l’instant d’un « mieux-vivre ensemble » grâce à l’éducation, mais il doit aussi passer par le respect des lois. Et pour nous, Centristes, en tant que citoyens, le deuxième secteur stratégique, et pour lequel, Richard TIBERINO pourra toujours compter sur notre appui, c’est celui de la sécurité, en particulier grâce à une présence humaine accrue et au développement de la vidéosurveillance Il est indispensable de reconquérir certains quartiers, par la présence, par le dialogue et par l’action en faveur des populations concernées – il ne saurait être question de stigmatiser quiconque mais d’agir pour que chacun s’approprie sa ville et la respecte. Il est indispensable de permettre à nos concitoyens de pouvoir circuler librement et sans crainte d’être agressés. Evidemment, cela ne saurait se faire d’un coup de baguette magique ; une mission aussi urgente et aussi capitale demande la mobilisation de tous, sur la base de valeurs et d’exigences partagées.

 Enfin, le développement économique, la base même de toute cité dynamique, où les habitants comme les acteurs économiques doivent se sentir bien, est au cœur de nos préoccupations, en particulier le centre-ville, dont nous entendons l’expression des difficultés et de la souffrance, qui doit bénéficier d’une attention forte et constante de notre municipalité. Nous, Centristes, prônons un développement économique qui passe par l’amélioration de notre cadre de vie, par une bonne accessibilité aux commerces et aux services, par une capacité d’accueil, j’oserai dire d’hospitalité. Il s’agit, en un mot, de rendre notre ville toujours plus attractive.

 Je veux souligner, avant de clore mon propos, que le groupe Nouveau Centre approuve la politique « vertueuse » de la Ville de Nîmes, qui se traduit par le respect des engagements pris depuis le début du mandat, lesquels prolongeaient ceux du précédent mandat, à savoir, en ce qui concerne notre Ville, la stabilité du taux des trois impôts communaux – pas d’accroissement de la pression fiscale depuis une décennie –, le dynamisme des investissements, malgré un contexte difficile, bien entendu encadrés par les capacités financières et opérationnelles de la Ville, la maîtrise des dépenses et de la dette, l’amélioration du recouvrement des recettes par la poursuite de la modernisation des moyens de paiement mise en oeuvre en 2011  .

 Les orientations budgétaires 2012 traduisent à la fois la poursuite du programme de grands travaux et la poursuite des processus d’amélioration de la qualité du service rendu aux usagers, au travers de l’action au quotidien comme par le biais d’actions et  manifestations qui sont organisées tout au long de l’année.

 Chers Collègues de l’opposition, vous avez une fois de plus dénigré systématiquement les orientations proposées. Votre attitude ne saurait faire avancer la réflexion. C’est l’attitude inverse qu’a choisie l’opposition départementale lors du débat d’orientations budgétaires au Conseil Général : par la voix de Léopold ROSSO, elle s’est voulue aussi positive et constructive que possible.

 Il va de soi que nous, élus du groupe Nouveau Centre, avons à l’esprit les différents secteurs de l’action municipale, en particulier en matière de politique d’aménagement et d’équipement  du territoire communal. Mais, en leur nom, j’ai tenu à mettre l’accent, au regard de la situation locale et des urgences qu’elle génère, au regard de nos valeurs et de notre sensibilité, sur les priorités que nous défendrons encore cette année au sein de la majorité municipale.

 Je vous remercie de votre attention.

Mercredi 19 octobre à 19h, au café des Trois Maures à Nîmes, les Jeunes Centristes organisaient leur deuxième « café-débat » dont le concept repose sur la (cordiale) confrontation de deux intervenants de partis politiques différents.

Le thème abordé hier soir par les Jeunes Centristes du Languedoc-Roussillon interrogeaient, devant une centaine de personnes, Julien DEVEZE (Secrétaire national du Nouveau Centre en charge des institutions) et Nicolas CADENE (n°2 du PS Gardois) sur la nécessité d’une éventuelle 6ème république ? 

Accueillis par Eline ENRIQUEZ-BOUZANQUET et Corentin CARPENTIER, les deux intervenants ont préalablement dressé le constat d’une République en mal de démocratie.

Julien DEVEZE estimant que nos institutions n’étaient pas satisfaisantes du point de vue du « principe » dans la mesure où elles privaient de représentation, ou sous-représentaient, plus d’un tiers des français qui ne votent pas pour l’UMP ou le PS. Par ailleurs, au delà des principes, le scrutin majoritaire instauré pour son « efficacité politique » ne remplit aujourd’hui plus son objectif, compte tenu de la difficulté pour notre pays à se réformer. « Le système actuel met en exergue les oppositions des uns et des autres quand elles devraient au contraire favoriser nos points d’accord » a déclaré Julien DEVEZE illustrant son propos par les exemples de la réforme des retraites, de la règle d’or, ou de la taxe carbone, « pourtant consensuelles dans les partis, qui n’a trouvé à l’Assemblée que des opposants« .

Un consensus favorable à  une dose de proportionnelle

Pour éviter ce genre de comportements, il préconise d’assumer enfin la nature présidentielle de nos institutions en séparant strictement les pouvoirs de l’exécutif et du législatif. Un législatif qui deviendrait véritablement représentatif de la diversité politique française, où une large place pourrait alors être laissée à la proportionnelle, et où des majorités d’idées pourraient enfin émerger. « Plutôt que le nombre de manifestants, les médias, ou les sondages, le parlement redeviendrait le véritable arbitre de la politique de l’exécutif. »

Nicolas CADENE estime pour sa part : « plus que les institutions, ce sont les pratiques qu’il faut changer« . Et de stigmatiser « un air vicié au sommet de l’Etat. Vicié par les affaires. » Pour assainir cet air, le PS préconise de mettre un terme au cumul des mandats, d’accroître le pouvoir de contrôle du parlement sur les nominations de l’exécutif, de faciliter la mise en place de commissions d’enquête parlementaire. Il est également favorable à l’introduction d’une « dose de proportionnelle » visant à garantir la présence de tous les partis à l’Assemblée.

Enfin, le député Yvan LACHAUD a conclu ce débat en rappelant  tout de même que le parlement depuis la réforme constitutionnelle de 2008 avait retrouvé des pouvoirs de contrôle, et que quand les députés conservaient leur liberté :  « Prenez l’exemple de ma proposition de loi sur les phtalates et les parabènes. Elle a été voté malgré le refus initial du gouvernement. »  Il estime cependant nécessaire que la proportionnelle trouve une place dans l’élection des députés « afin de représenter tous nos concitoyens, car il est anormal de priver de parole un grand nombre d’entre eux. »

Yvan Lachaud, François Fillon, Hervé Morin et André Santini

Yvan Lachaud, Président du groupe Nouveau Centre à l’Assemblée nationale organisait lundi 10 octobre à Issy-les-Moulineaux la journée parlementaire du Centre en collaboration avec les sénateurs du groupe présidé par François Zochetto.

Une journée marquée par la volonté des parlementaires du centre de peser dans les prochains mois, et de faire du Projet de loi de Finances une première étape vers une réforme fiscale qui rendraient les impôts plus justes et plus efficaces.

Ainsi Hervé Morin dans son discours (lire l’intégralité ici) a plaidé pour l’instauration d’une TVA Sociale « seul moyen de réduire massivement les charges sociales qui empêchent d’augmenter les salaires et de restaurer notre compétitivité. »

Yvan Lachaud (lien vers son discours), quant à lui, a exprimé la volonté des députés du Nouveau Centre de « proposer une réforme pour une fiscalité plus efficace et plus juste : instituer une fiscalité réellement progressive, réduire les niches fiscales, valoriser nos PME-TPE « . Il annoncé d’ailleurs le lendemain même en conférence de presse un accord avec le gouvernement sur la taxation des hauts revenus.

Le Premier ministre a, pour sa part, appelé les centristes à l’unité « car nous sommes dans le même camp: celui des réformistes, face à celui des conservatismes, et des populismes. »  Il a, en tout cas, remercier les parlementaires centristes pour la qualité de leurs travaux et leur capacité à faire émerger des solutions consensuelles.

Chers amis,

Avant toutes choses, je voudrais que l’on rende hommage à un homme qui nous a quittés récemment, qui était un ami, et qui a toujours été présent, à nos côtés. Cet homme, c’est Jean YANNICOPOULOS, et je voudrais, à l’heure où ses cendres sont portées par sa famille dans sa terre natale de Grèce, qu’on observe une minute de silence en sa mémoire.

Merci de votre amitié.

Merci également aux nombreux élus qui ont participé à l’Assemblée Générale du Nouveau Centre de qualité, qui au delà des résultats du vote pour le renouvellement de nos instances nous a permis d’avoir avec les adhérents un débat très riche et instructif, où chacun a pu exprimer les enjeux qui selon lui seront les plus importants en 2012.

 

Je crois pour moi que plus que jamais, cette année électorale, devra être celle de la vérité. Plus que l’affrontement traditionnel de la droite et de la gauche, nous verrons s’affronter le camp de ceux qui disent la vérité aux français, et celui des démagogues. Nous devrons être dans le camp de la vérité!

 

Nous l’avons vu au cours de ces dernières années, les réformes à porter demande un effort général.

 

Quand on voit la crise de l’Euro… certains vous disent que l’euro est fautif… mais vouloir en sortir ce n’est ni une solution, car ce n’est pas en cassant le thermomètre qu’on fait baisser la température. La baisse du pouvoir d’achat est avant tout liée à l’augmentation des matières premières. Quelle serait la position du franc dans les marchés financiers. C’est notre rôle à nous centristes de défendre le gouvernement économique de l’Europe, et finalement c’est par cette porte que nous parviendrons au libéralisme.

 

De la même manière, ceux qui disent « si nous sommes élus, nous reviendrons sur la réforme des retraites », je vous le dis sans détour, ces gens-là sont des menteurs! Cette réforme est finalement passée. Et heureusement. Elle ne fait plaisir à personne, mais quels choix avions nous : celui de baisser les pensions. Intolérable. Celui de faire payer plus. Déjà que nous avons des pb de pouvoir d’achat. Celui de faire travailler plus longtemps. C’est ce qui m’apparaissait le plus souhaitable. On l’a bien vu avec les 35 h, ce n’est pas en répartissant le travail qu’on crée moins de chômage. La vérité, c’est de savoir que demain nous devrons mener une nouvelle réforme, encore plus ambitieuse, mais je l’espère avec plus de consensus politique.

 

 

 

EQUITE

 

La vérité implique aussi l’équité. Les efforts paraissent tout de suite insupportables si l’on se rend compte que certains en fournissent moins.

 

Bien sur, je ne souscris pas à la vision caricaturale qui a pu être donnée de la politique gouvernementale. Mais certaines erreurs, certains symboles doivent absolument être abolis pour ne pas créer des crispations.

 

L’équité, on l’a vu, a permis de mettre un terme aux régimes spéciaux qui divisaient les français en plusieurs catégories, de façon souvent indue.

 

Mais l’équité, ce n’est pas seulement l’égalité. Cela implique aussi que les plus aisés paient plus en proportion que les autres. Et à ce titre, le bouclier fiscal était une erreur.

 

Qd on impose un foyer qui gagne 2000€/mois sur ses revenus, on ne tient pas compte du fait qu’il a beaucoup moins que le foyer qui en gagne 15000 pour ses loisirs. Qui tient compte du loyer, de l’essence, et du panier de courses…

 

Il est d’une part nécessaire de créer une tranche marginale de l’impôt sur le revenu… mais la vraie réforme fiscale, qui pour moi, sera l’enjeu n°1 de cette année, résidera avant tout autre chose dans la capacité à faire évoluer notre fiscalité qui pèse actuellement uniquement sur le travail des classes moyennes!

 

L’Equité, c’est également l’égalité de tous devant la loi. Lutter contre le sentiment d’impunité des mineurs délinquants, et assurer la protection de tous. Vous le savez, cela fait plusieurs moi que je travaille quotidiennement sur la façon de mettre un terme au sentiment d’impunité qui habite souvent de nombreux jeunes.

Ce travail est en train de porter ses fruits, car au delà des propositions, je travaille aujourd’hui à les mettre en place, dans la concertation, avec les acteurs de terrain, pour que nous puissions patiemment, et sérieusement, améliorer la prise en charge des mineurs délinquants, c’est à dire principalement, la rendre plus précoce.

 

 

 

UTILITE

 

Vous le voyez, ce n’est pas parque nous approchons d’une période électorale qu’il faut arrêter de travailler le fond. Je crois d’ailleurs que votre présence nombreuse est l’illustration d’une volonté : celle de ne pas perdre de temps, celle de faire de cette année, une année utile.

 

Les chicaïas politiques, les successions de petites phrases, les rumeurs, la communication, ce n’est pas cela que vous attendez, ce n’est pas cela que mérite notre démocratie française.

 

C’est notre conviction profonde, à nous centristes : que les défis que notre pays a à relever mérite qu’on s’y attelle tout de suite et pas dans un an, nous n’avons pas le temps d’attendre un an…

 

En tant que Président du groupe parlementaire Nouveau Centre à l’Assemblée Nationale, je suis heureux de contribuer au quotidien à ce que nous fassions avancer le débat, avancer la réforme dans notre pays.

 

Je crois qu’avec les enjeux importants qui viennent d’être évoqués la voix du centre a besoin d’être entendue. Pas seulement au cours de cette année électorale, mais tout au long d’une législature et pour cela, il nous faudra choisir la meilleure option pour être entendue, et porter notre message. Notre message de vérité et d’équité.

Merci à tous de votre attention.

 

 

 

CONVENTION DEPARTEMENTALE 2011

 

Election du Président Départemental :

 

Yvan LACHAUD

Député du Gard, Président du Groupe Nouveau Centre à l’Assemblée Nationale

Election du Trésorier :

 

Alain-Louis FABRE – Saint Chaptes

 

Election du Conseil Départemental :

 

Membres de Droit :

Gérard ROUX – Conseiller Général, Maire de St Hilaire de Brethmas

Thierry PROCIDA – Conseiller Général

Julien DEVEZE – Délégué Départemental

Eline ENRIQUEZ-BOUZANQUET – Présidente des Jeunes Centristes Languedoc-Roussillon

Corentin CARPENTIERVice-Président national des Jeunes Centristes

Membres élus :

 


Hélène ALLIEZ-YANNICOPOULOSNîmes (I)

Daniel ANDRE – Nîmes (II)

ARMET Monique – Nîmes (I)

Marie-Noëlle ARONDEAU – Nîmes (I)

Robert BARRACHIN – Nîmes (VI)

Jean-Claude BASCHIOU – Aigues-Mortes

Jean-Charles BENEZET – St Christol-les-Alès

Michèle BERTREUX – Langlade

Mélisandre BILLUART – Vauvert (JC)

Julien CANCE – Le Grau du Roi

Pierre CARPENTIER – Aubord

Fabrice CEZ – Milhaud

Marie CHAIX – Nîmes (V)

Dolorès COEFFIC – Nîmes (VI)

Edmond COUTE – Nîmes (I)

Marianne CREPIN – Nîmes (IV)

Rose DA COSTA – Nîmes (III)

Pierre-Louis DESCHAMPS – Nîmes (I)

Howard DOOLEY – Nîmes (II) (JC)

Michel DUMAS – Fons outre Gardon

Françoise FABRE-ROUSSY – Nîmes (II)

Jean-Claude FEYBESSE – Nîmes (III)

Thierry FILLAU – Caveirac

Isabelle FONTAINE – Garons

Xavier GAUTRUCHE – Nîmes (III)

François GRANIER – Montpezat

Christiane GRAS – Nîmes (V)

Roland GRONCHI – Saint-Gilles

Mireille LACHAUD – Nîmes (III)

Yvette LAICK – Nîmes (IV)

Jean-Luc MARIETTE – Nîmes (IV)

Pierre MAUMEJEAN – Aigues-Mortes

Marielle NEPOTY – Aigues-Mortes

Jean-Louis NICOLAS – Caissargues

Michel PERIER – Jonquières Saint Vicent

Jean-Pierre PONGE – Marguerittes

Serge POUECH – Alès

Nicole PREVOST – Nîmes (I)

Jacky RAYMOND – Nîmes (IV)

Philippe RIBOT – St Privat des Vieux

Pierre ROBINSON – Pont St Esprit

Jean-Manuel RODRIGUEZ – Nîmes (I)

Dominique RODRIGUEZ – Nîmes (IV)

Fanny ROUVERET – Saint Jean du Gard (JC)

Claude ROUX – Bagnols sur Cèze

Samir SEDDOUKI – Nîmes (II)

Jacques SIRBEN – Nîmes (IV)

Jean-Marc SOULAS – Nîmes (III)

Nicole TEROL – Nîmes (I)

Alain YANG – Bouillargues

Initialement prévue le 3 septembre et reportée un mois plus tard pour cause de mauvaises conditions météo, c’est finalement ce dimanche, 2 octobre, et sous un grand soleil selon les prévisionnistes qu’aura lieu la convention départementale.

L’accueil se fera à partir de 9h, par un déjeuner au pré offert aux adhérents du Nouveau Centre qui participeront à l’Assemblée Générale.

Une AG qui commencera à 10h et verra les interventions des responsables de section, et des responsables départementaux du Nouveau Centre Gard, ainsi que le vote pour renouveler les instances départementales.

Au menu de l’ordre du jour, bilan moral et financier, projets pour les deux années à venir, et politique générale au niveau local et national. Discussions, qui seront bien sûr toujours suivies d’un débat avec les adhérents, et d’un jeu de questions réponses.

A partir de midi, apéritif et intervention d’Yvan LACHAUD devant tous les convives.

Puis un déjeuner autour d’une paëlla sera proposé, suivi d’une tienta et d’une fiesta campera dans le plus pur style camarguais.

N’hésitez pas à vous inscrire au 04 66 02 11 50.

octobre 2018
L M M J V S D
« Nov    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

RSS Le Nouveau Centre

  • Comment détecter les faux profils coquins
    Arnaques sur les sites de rencontre Les faux profils coquins existent sur tous les sites de rencontre qui existent en ce moment sur toute l’Europe. Il faut toujours rester vigilant, sans toutefois dramatiser. Le plus important, c’est que vous soyez conscient du phénomène et que vous mettiez dans un coin de la tête l’éventualité d’avoir Read More → […]

RSS Yvan LACHAUD

  • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.

Adhérer en ligne

Publicités