You are currently browsing the tag archive for the ‘Julien Devèze’ tag.

Mercredi 19 octobre à 19h, au café des Trois Maures à Nîmes, les Jeunes Centristes organisaient leur deuxième « café-débat » dont le concept repose sur la (cordiale) confrontation de deux intervenants de partis politiques différents.

Le thème abordé hier soir par les Jeunes Centristes du Languedoc-Roussillon interrogeaient, devant une centaine de personnes, Julien DEVEZE (Secrétaire national du Nouveau Centre en charge des institutions) et Nicolas CADENE (n°2 du PS Gardois) sur la nécessité d’une éventuelle 6ème république ? 

Accueillis par Eline ENRIQUEZ-BOUZANQUET et Corentin CARPENTIER, les deux intervenants ont préalablement dressé le constat d’une République en mal de démocratie.

Julien DEVEZE estimant que nos institutions n’étaient pas satisfaisantes du point de vue du « principe » dans la mesure où elles privaient de représentation, ou sous-représentaient, plus d’un tiers des français qui ne votent pas pour l’UMP ou le PS. Par ailleurs, au delà des principes, le scrutin majoritaire instauré pour son « efficacité politique » ne remplit aujourd’hui plus son objectif, compte tenu de la difficulté pour notre pays à se réformer. « Le système actuel met en exergue les oppositions des uns et des autres quand elles devraient au contraire favoriser nos points d’accord » a déclaré Julien DEVEZE illustrant son propos par les exemples de la réforme des retraites, de la règle d’or, ou de la taxe carbone, « pourtant consensuelles dans les partis, qui n’a trouvé à l’Assemblée que des opposants« .

Un consensus favorable à  une dose de proportionnelle

Pour éviter ce genre de comportements, il préconise d’assumer enfin la nature présidentielle de nos institutions en séparant strictement les pouvoirs de l’exécutif et du législatif. Un législatif qui deviendrait véritablement représentatif de la diversité politique française, où une large place pourrait alors être laissée à la proportionnelle, et où des majorités d’idées pourraient enfin émerger. « Plutôt que le nombre de manifestants, les médias, ou les sondages, le parlement redeviendrait le véritable arbitre de la politique de l’exécutif. »

Nicolas CADENE estime pour sa part : « plus que les institutions, ce sont les pratiques qu’il faut changer« . Et de stigmatiser « un air vicié au sommet de l’Etat. Vicié par les affaires. » Pour assainir cet air, le PS préconise de mettre un terme au cumul des mandats, d’accroître le pouvoir de contrôle du parlement sur les nominations de l’exécutif, de faciliter la mise en place de commissions d’enquête parlementaire. Il est également favorable à l’introduction d’une « dose de proportionnelle » visant à garantir la présence de tous les partis à l’Assemblée.

Enfin, le député Yvan LACHAUD a conclu ce débat en rappelant  tout de même que le parlement depuis la réforme constitutionnelle de 2008 avait retrouvé des pouvoirs de contrôle, et que quand les députés conservaient leur liberté :  « Prenez l’exemple de ma proposition de loi sur les phtalates et les parabènes. Elle a été voté malgré le refus initial du gouvernement. »  Il estime cependant nécessaire que la proportionnelle trouve une place dans l’élection des députés « afin de représenter tous nos concitoyens, car il est anormal de priver de parole un grand nombre d’entre eux. »

Publicités

Julien Devèze, délégué départemental, mais également Secrétaire national en charge des questions institutionnelles , a réagi sur son blog aux résultats de la primaire socialiste.

Il y voit « de nombreux paradoxes« , et un aboutissement logique et un « aboutissement de la logique de personnalisation/peopolisation de la Vème République » dont Ségolène Royal est une victime expiatoire.  « Les primaires démontrent à ces « people » la fragilité de « ce qu’ils incarnent ». Ils devront donc être prêts comme aux Etats-Unis, à gagner ou s’éclipser. »

Reconnaissant à Montebourg et à Manuel Valls d’avoir donné « de la profondeur à un débat politique un peu plat entre les candidats favoris« , il estime que l’arbitre du second tour, l’est « bien malgré lui » dans un mode de scrutin (majoritaire à deux tours) où il est bien difficile de faire entendre les voix de ses électeurs et où il est tentant de rester dans un « ni-ni » critique.

Il revient d’ailleurs dans un second billet publié hier soir sur les négociations que tente de mener Arnaud Montebourg face aux deux candidats, et de constater sous un titre un brin provocateur: « la démocratie représentative existe en France… 3 jours tous les 5 ans! »

A l’heure où la VIème République revient dans le débat public, il dresse enfin un tableau comparatif entre les modifications constitutionnelles proposées par Montebourg et la convention pour la 6ème République, et les idées centristes en la matière. Régime parlementaire, face à régime présidentiel: deux conceptions de notre démocratie se font face, partant cependant d’un même constat: la nécessité de changer les institutions « usées » de la Vème république.

Un café-débat des jeunes centristes aura d’ailleurs lieu sur ce thème mercredi 19 octobre à 19h aux Trois Maures. Une rencontre où le mot débat prendra tout son sens, comme d’habitude chez les Jeunes Centristes, puisque Julien DEVEZE sera opposé à Nicolas CADENE, n°2 du PS gardois sur ce sujet. Venez nombreux!

Julien DEVEZE, qui était chef de file du Nouveau Centre lors des dernières élections régionales en Languedoc-Roussillon, fustige la présentation par l’actuel Président Christian BOURQUIN, de « LORDI » qui sera distribué aux  élèves de seconde de la région.

« La région va « offrir » aux 32000 élèves de 2nde, un ordinateur  à 500€/pièce… alors que les livres scolaires ne sont toujours pas numérisés et leur version papier toujours nécessaires. Soit 15 millions d’€ (budget officiel) qui seraient certainement mieux investis chez nos arboriculteurs en crise ou vers nos secteurs stratégiques en panne d’investisseurs… Quand les démagogues essaient de tenir ses promesses, ça coûte cher au contribuable! » a-t-il déclaré.

Sur son blog, il a publié un article revenant sur les premiers mois de gestion Bourquin, qu’il considère dans la continuité de Georges Frêche : »Une région qui s’affiche partout, et que l’on ne voit nulle part… » faisant allusion à la présence massive des affiches du Conseil régional sur les panneaux publicitaires de la région.

Julien DEVEZE, délégué départemental du Nouveau Centre, regrette la réaction du PS parue ce jour dans Midi-Libre. Il l’estime en effet, « purement politicienne », alors que le député du Gard évoque « un sujet de préoccupation important de nos concitoyens », et « pose les bonnes questions sur la recrudescence de la délinquance des mineurs. »

Quand Nicolas CADENE évoque les propositions de Ségolène ROYAL en 2007, il constate « à regrets » que « ce sont ses propres « amis » socialistes qui l’ont conduit à renoncer à des idées, intéressantes, mais qui méritent d’être approfondies, étudiées, et budgétées pour être acceptées et comprises. » « Je sais par ailleurs qu’Yvan LACHAUD souhaite interroger Ségolène ROYAL sur le sujet. »

« La démarche d’Yvan LACHAUD se veut consensuelle et rassembleuse, et c’est pourquoi il auditionne de nombreux acteurs de la justice et des forces de l’ordre. Des associations de victimes, à la Protection Judiciaire de la Jeunesse, en passant par les syndicats de la police, de la magistrature, les pédo-psychiatres  et les avocats. »

Quant au thème de la prévention, « qu’Yvan LACHAUD connaît bien, pour être lui-même un éducateur », il ne s’agit pas d’un oubli, mais bien d’un autre aspect du problème qui est abordé par son collègue Jean-Marie BOCKEL.

Il estime dès lors que la polémique que voudrait lancer le PS sur le sujet est vaine et basée sur une mauvaise foi certaine. « Nicolas CADENE manie les chiffres de manière hasardeuse : le gouvernement a toujours épargné le budget de la justice dans le cadre de la RGPP que tous les acteurs politiques responsables savent nécessaire. Quant à l’action de la Ville en matière de sécurité, elle a plus que doublé les effectifs de la police municipale. » Même si « le thème de l’autorité de l’Etat vis-à-vis des mineurs n’est pas qu’une question de moyens, il faut aussi de l’imagination et savoir briser certains tabous qui coûtent cher à notre société. »

« On ne peut que se féliciter des déclarations du Président de la République hier soir qui a d’ores et déjà annoncé son intention de prendre  des mesures pour mieux adapter les sanctions à l’égard des mineurs délinquants. » Dans la droite ligne de la lettre de mission qu’il a confiée à Yvan LACHAUD.

Pendant les périodes électorales, les candidats du Nouveau Centre portent la voix de leur mouvement et le développe en profondeur sur l’ensemble du territoire régional.

Ainsi, décembre et janvier sont-ils les mois traditionnels pour marquer le lancement de telle ou telle section ou renouvellement de fédération.

La fédération de l’Hérault a élu un nouveau Président, en la personne de Jean-Pierre RICO, élu de Lattes, en remplacement du Conseiller Général Sébastien FREY.

Dans l’Aude, c’est le carcassonnais Jean-François DARAUD qui a été élu le 18 janvier dernier Président de la toute nouvelle fédération Nouveau Centre. Julien DEVEZE, en était l’invité ce jeudi, à l’occasion d’un point de presse où il a pu annoncer les prochaines visites dans la cité médiévale, d’Yvan LACHAUD, Secrétaire Général, le 14 février, et d’Hervé MORIN, le 9 mai prochain.

Dans notre département, la section de Bagnols-Pont-St-Esprit se restructure autour de Gérôme BOUVIER pour PSE et de Claude ROUX pour Bagnols-sur-Cèze. Julien DEVEZE, délégué départemental, s’y rendra vendredi 4 février au soir pour officialiser le lancement.

Enfin, la dynamique section Aigues-Mortaise, s’est dotée en ce début d’année d’un tout nouveau site internet sur lequel vous pourrez retrouver toutes les informations concernant le sud du département…

http://aiguesmortes-nouveaucentre.com

Julien Deveze représentait le Nouveau Centre dans le cadre du débat organisé par « Divergences FM » sur le centrisme, le lundi 13 décembre dernier.

Diffusé en direct de 12h30 à 14h, la radio libre montpelliéraine a consacré une heure et demie à cette question politique en invitant pour le Modem, Michel ASLANIAN, le député de Lodève, Robert LECOU pour les radicaux,  le député-maire de Castelnau, Jean-Pierre GRAND pour les villepinistes, et donc Julien DEVEZE pour le Nouveau Centre.

Nous vous proposons de retrouver l’intégralité de l’émission sur ce podcast.

Bonne écoute, et n’hésitez pas à réagir.

Le Conseil Départemental du Nouveau Centre s’est réuni hier soir, lundi 5 juillet, pour évoquer, notamment, la question des prochaines élections cantonales de mars 2011.

Thierry PROCIDA a fait le bilan d’un Conseil Général ni économe, ni performant avec l’argent de nos impôts, et a souligné la nécessité de changer l’exécutif départemental à l’occasion de ces élections où la majorité peut basculer. Tirant les conséquences des propos du Conseiller Général de Nîmes II, le Député Yvan LACHAUD, a, pour sa part, appelé à une nécessaire union de l’opposition départementale.

Au cours de cette réunion, un principe a été retenu, celui de « protéger » les sortants en les excluant des négociations si un accord est trouvé entre le Nouveau Centre et l’UMP.

Des objectifs ont également été retenus par les membres du Conseil Départemental. Ils souhaitent en effet, un tiers des candidats sur les vingt cantons renouvelables.

Un calendrier a été proposé indiquant que les investitures définitives devraient intervenir d’ici la fin septembre.

Si l’on peut constater avec plaisir le développement constant, voire exponentiel, des fédérations Nouveau Centre dans toute la France, il est aussi intéressant de constater que le Gard parvient à maintenir son dynamisme au fil des années.

Autour de son Président départemental Yvan LACHAUD, par ailleurs Secrétaire Général du parti, ce sont près d’une centaine de militants gardois qui ont fait le déplacement jusqu’à Tours.

Parmi eux, des candidats à de nouvelles fonctions nationales, qui ont été élus ce week-end.

Représenteront donc le Gard au sein du Bureau Politique présidé par le Président Exécutif Jean-Christophe LAGARDE:

Hélène ALLIEZ-YANNICOPOULOS, Adjointe au Maire de Nîmes en charge du développement durable, et Vice-Présidente du NC Gard.

Julien DEVEZE, Délégué départemental de la fédération et chef de file NC Languedoc-Roussillon lors des dernières régionales.

Thierry PROCIDA, Conseiller Général et Président-délégué du NC Gard.

Jacky RAYMOND, Adjoint au Maire de Nîmes délégué à l’Education et Président-délégué au Projet du NC Gard.

Au sein du Bureau National des Jeunes Centristes, outre la probable présence de Laure ALTEIRAC, candidate à la succession de Damien ABAD, Corentin CARPENTIER sera Vice-Président en charge de la vie militante, et Mélisandre BILLUART, membre du bureau en charge des questions étudiantes. Un Conseil National militant devrait également voir le jour dans lequel devraient figurer cinq gardois…

A noter également que la nîmoise Fanny ROUVERET, en charge de l’évenementiel au sein du siège national qui a été chaleureusement félicitée par le Secrétaire Général Yvan LACHAUD au terme du Congrès.

Par Julien Devèze, Délégué Départemental du Nouveau Centre Gard.

Les élections régionales tout juste passées, à l’heure où Georges FRECHE commence déjà à renier ses promesses de campagne , notre démocratie va devoir subir un nouveau test.

Ce nouveau test, c’est celui de la réforme des retraites, et, il en dira long, sur la capacité de nos institutions à produire des solutions pérennes sur les grands défis que l’avenir nous pose. Nous sommes cependant en droit d’en douter tant, il semble, depuis 2002, avoir vu se succéder les débats et les mesures pour « garantir » l’avenir de notre système de retraites par répartition.

Or en 2010, le problème se pose exactement dans les mêmes termes qu’en 2002, lorsque François FILLON était ministre du travail et des relations sociales. Il n’y a qu’à voir les pétitions lancées sur le net par « générations sacrifiées » pour mesurer le degré d’angoisse que les jeunes peuvent ressentir en constatant qu’ils cotisent aujourd’hui à un système qui a chaque année de moins en moins de chances, faute de réformes courageuses, d’exister à l’âge où ils pourront en profiter… de quoi vivront-ils alors?

Pourtant, chaque responsable politique à des propositions à faire, et l’idée du débat ne peut être que soutenue par les démocrates que nous sommes. Le Nouveau Centre a d’ailleurs déjà exprimé certaines orientations qu’il estime d’avenir, comme la création d’un régime unique par points qui permettrait une retraite « à la carte », souple et capable de prendre en compte la pénibilité des emplois.

« Encore faut-il cependant que tous les représentants du monde politique soient ainsi prêts à jouer le jeu démocratique du débat et de la concertation. »

Ce n’est, semble-t-il, pas le cas des socialistes, et de Martine AUBRY en particulier. L’initiatrice de la « courageuse et responsable » (permettez-moi ce trait d’ironie qui sied au propos de la première des socialistes) mesure dite des « 35 heures » ne nous a, en effet, pas étonnés, en affirmant disposer de « ses solutions » pour la réforme des retraites, mais nous a profondément « déçus » en préférant ne pas en faire part… voir la vidéo du « Petit Journal »

« De l’absurdité d’un système politique qui ne vit plus pour faire avancer des idées, mais uniquement pour récupérer la totalité des pouvoirs… »

Une illustration supplémentaire de l’absurdité d’un système politique qui ne vit plus pour faire avancer des idées, mais uniquement pour récupérer la totalité des pouvoirs, remise en jeu tous les cinq ans. Ne pourrait-on pas un jour envisager un système institutionnel qui favorise le dialogue, les propositions, l’objectivité et la recherche du consensus… Ne pourrait-on pas un jour envisager que l’opposition et la majorité puissent se retrouver sur des sujets majeurs, sur leurs points communs plutôt que de chercher à étaler leurs différences,  à rejeter des idées, aussi bonnes soient-elles, uniquement au prétexte de ne pas en être à l’origine?

Espérons que ce débat sur les retraites permettra d’entrevoir quelques espoirs à ce sujet… dans le cas contraire, c’est la mère de toutes les réformes, la réforme institutionnelle, qui deviendra un préalable à toute action politique dans notre pays.

Hervé Morin, Président du Nouveau Centre, prend acte des résultats décevants de la majorité aux élections régionales.

« En dépit de la victoire en Alsace et à la Réunion, il faut désormais analyser avec lucidité  les messages d’inquiétude et d’impatience que les Français nous ont adressé à travers cette élection.

Dans le contexte de crise économique et sociale sans précédent, nous n’avons pas suffisamment expliqué l’absolue  nécessité d’engager les adaptations indispensables qui permettront à notre pays de se réformer  pour un retour à la croissance et à l’emploi.

Le vote de ce soir ne doit pas provoquer le retour à l’immobilisme mais au contraire renforcer notre détermination à améliorer la vie des Français et préparer l’avenir de notre pays.
Pour le Nouveau Centre, ce scrutin nous impose de poursuivre le rassemblement de la famille centriste.
Dans ce cadre, il revient au Nouveau Centre de faire vivre les valeurs d’humanisme, de liberté, et l’idéal européen, au cœur de l’identité centriste.

C’est par une expression plus visible de la famille centriste au sein de la majorité que nous pourrons à nouveau mobiliser toutes celles et ceux qui se sont détournés de la majorité présidentielle à l’occasion de ce scrutin régional. »

Yvan Lachaud, Secrétaire Général du Nouveau Centre et Député du Gard, estime pour sa part qu’il s’agit là d’un « vote sanction ».

« Ce vote montre qu’il est difficile de faire des réformes dans ce pays. La montée du Front National exprime des difficultés en matière de gestion de l’insécurité. L’espoir donné pour plus d’ordre n’a pas été satisfait et cela a amené un vote refuge sur le FN.

Face à cette situation, nous devons nous projeter dans l’avenir et le Président de la République doit renforcer sa majorité dans la diversité.

Les centristes doivent par ailleurs réfléchir afin de réunir un vrai parti de centre droit pour le futur. »

Julien Devèze, chef de file du Nouveau Centre pour ces élections régionales, a tenu à rendre hommage à Raymond Couderc, « même si le résultat n’est pas satisfaisant, il a su garder sa ligne, et ne pas céder aux sirènes du populisme et de la démagogie. Nous pouvons être fiers du sérieux de notre campagne. »

« Merci à tous ceux qui ont cru en moi, qui depuis le mois de juillet, où nous avons commencé à préparer le projet, jusqu’à ce dimanche pour tenir les bureaux, nous ont aidé dans cette campagne à faire avancer nos idées.

Ce soir nous ne sommes pas élus, mais notre devoir est de continuer à exprimer la voix de ceux qui croient que notre pays a besoin de se rassembler plutôt que se diviser; de se réformer plutôt que de regarder en arrière; d’avoir un projet d’avenir plutôt que de céder à l’air du temps! »

juillet 2018
L M M J V S D
« Nov    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

RSS Le Nouveau Centre

  • Comment détecter les faux profils coquins
    Arnaques sur les sites de rencontre Les faux profils coquins existent sur tous les sites de rencontre qui existent en ce moment sur toute l’Europe. Il faut toujours rester vigilant, sans toutefois dramatiser. Le plus important, c’est que vous soyez conscient du phénomène et que vous mettiez dans un coin de la tête l’éventualité d’avoir Read More → […]

RSS Yvan LACHAUD

  • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.

Adhérer en ligne

Publicités