You are currently browsing the tag archive for the ‘institutions’ tag.

Julien Devèze, délégué départemental, mais également Secrétaire national en charge des questions institutionnelles , a réagi sur son blog aux résultats de la primaire socialiste.

Il y voit « de nombreux paradoxes« , et un aboutissement logique et un « aboutissement de la logique de personnalisation/peopolisation de la Vème République » dont Ségolène Royal est une victime expiatoire.  « Les primaires démontrent à ces « people » la fragilité de « ce qu’ils incarnent ». Ils devront donc être prêts comme aux Etats-Unis, à gagner ou s’éclipser. »

Reconnaissant à Montebourg et à Manuel Valls d’avoir donné « de la profondeur à un débat politique un peu plat entre les candidats favoris« , il estime que l’arbitre du second tour, l’est « bien malgré lui » dans un mode de scrutin (majoritaire à deux tours) où il est bien difficile de faire entendre les voix de ses électeurs et où il est tentant de rester dans un « ni-ni » critique.

Il revient d’ailleurs dans un second billet publié hier soir sur les négociations que tente de mener Arnaud Montebourg face aux deux candidats, et de constater sous un titre un brin provocateur: « la démocratie représentative existe en France… 3 jours tous les 5 ans! »

A l’heure où la VIème République revient dans le débat public, il dresse enfin un tableau comparatif entre les modifications constitutionnelles proposées par Montebourg et la convention pour la 6ème République, et les idées centristes en la matière. Régime parlementaire, face à régime présidentiel: deux conceptions de notre démocratie se font face, partant cependant d’un même constat: la nécessité de changer les institutions « usées » de la Vème république.

Un café-débat des jeunes centristes aura d’ailleurs lieu sur ce thème mercredi 19 octobre à 19h aux Trois Maures. Une rencontre où le mot débat prendra tout son sens, comme d’habitude chez les Jeunes Centristes, puisque Julien DEVEZE sera opposé à Nicolas CADENE, n°2 du PS gardois sur ce sujet. Venez nombreux!

Publicités

Vendredi 19 octobre, au Restaurant du Cheval Blanc, la Fédération Nouveau Centre du Gard organisait son premier dîner-débat sur le thème de la réforme des institutions.

Dans une salle archi-comble, l’animatrice du débat, Annabelle BRUNET, entourée d’Yvan LACHAUD, Député du Gard, et de Pierre BECQUE, Conseiller Régional, a su trouver les mots simples et justes pour faire l’état des lieux de la France politique et institutionnelle d’aujourd’hui et permettre aux nombreuses questions et contributions des convives de s’exprimer avec ferveur et conviction.

Statut de l’élu et cumul des mandats, rôle et pouvoir du Parlement, décentralisation, autant de thèmes abordés qui ont trouvé leur synthèse dans la nécessité, pour le Nouveau Centre,  d’exprimer avec force au Parlement, le message centriste.

Un message visant à promouvoir la responsabilité des gouvernants, vis à vis d’un parlement qui contrôle et représente le citoyen au plus près de ses aspirations: un message qui replace ce dernier au coeur de la démocratie.

A l’occasion des travaux de la journée parlementaire du Nouveau Centre, Jean-Louis BOURLANGES, Député européen, animait une table ronde aux côtés de Pierre FAUCHON, Sénateur du Loir et Cher, Jean-Christophe LAGARDE, Député-Maire de Drancy, et de Bertrand MATHIEU, Professeur de Droit, sur les évolutions nécessaires de notre système institutionnel.

La question aujourd’hui posée, et à laquelle s’essaie à répondre le Comité Balladur, est celle de l’équilibre des pouvoirs. La situation actuelle pouvant être qualifiée selon Jean-Louis BOURLANGES comme « hypocrite et injustifiable » au regard de la prééminence absolue de l’exécutif sur le pouvoir législatif.

Cette prééminence est principalement due à deux faits : le premier, celui du pouvoir de dissolution résume et termine à lui seul, l’ensemble des procédures coercitives du gouvernement à l’égard du Parlement (49.3 – Vote bloqué – ordonnances –etc…) ; le second, étant le quinquennat qui a provoqué la coïncidence temporelle entre élection présidentielle et législative.

En réalité, traumatisés par l’instabilité gouvernementale de la IVème République, les pères de la Vème ont à la fois, considérablement réduit, d’un point de vue purement juridique les pouvoirs du parlement, tout en assurant d’un point de vue politique l’émergence de majorités écrasantes avec le scrutin majoritaire : dès lors le Parlement ne représente plus les français dans leur diversité politique.

Il nous faut aujourd’hui sortir de l’hypocrisie en admettant que la Vème République est devenu un régime présidentiel, et en tirant toutes les conséquences d’un point de vue de la séparation des pouvoirs (Limitation du droit dissolution, Limitation de la responsabilité politique du gouvernement devant le parlement), et parallèlement, en assurant à nouveau au Parlement sa fonction de représentation par son élection au scrutin proportionnel.

Il n’y aura dans ces conditions plus risque d’instabilité, mais simplement, un jeu institutionnel qui imposera des négociations entre les pouvoirs. Des lois moins nombreuses, mais mieux pensées et mieux acceptées par l’ensemble de la nation, voilà ce qui ressortira d’une véritable Démocratie de Négociation. Cela nous changera du pouvoir que confère à la rue et la protestation la Démocratie de Confrontation dans laquelle nous baignons depuis trop longtemps.

janvier 2018
L M M J V S D
« Nov    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

RSS Le Nouveau Centre

  • Comment détecter les faux profils coquins
    Arnaques sur les sites de rencontre Les faux profils coquins existent sur tous les sites de rencontre qui existent en ce moment sur toute l’Europe. Il faut toujours rester vigilant, sans toutefois dramatiser. Le plus important, c’est que vous soyez conscient du phénomène et que vous mettiez dans un coin de la tête l’éventualité d’avoir Read More → […]

RSS Yvan LACHAUD

  • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.

Adhérer en ligne