You are currently browsing the tag archive for the ‘Gard’ tag.

N’en déplaise à certains, Yvan LACHAUD, Président du groupe Nouveau Centre à l’Assemblée nationale, et, à ce titre, acteur majeur dela Majoritéprésidentielle, a été investi non seulement par l’Alliance, composée notamment du Nouveau Centre et du Parti Radical, mais aussi par l’UMP.

 C’est aussi le cas des trois autres députés de la majorité présidentielle que compte le département.

 La 5ème et la 6ème circonscriptions ne sont pas dans ce cas. Il est donc normal que les deux composantes de la majorité présidentielle discutent sur le choix d’un candidat commun.

 Sur la 6ème circonscription, l’Alliance a investi Thierry PROCIDA, élu de terrain, Conseiller général du 2nd canton de Nîmes. L’UMP a fait un autre choix. Les instances nationales en discuteront et trancheront ; l’important étant qu’un accord soit conclu, et que, d’ici là, la campagne se passe dans le respect de chacun. Que je sache, tel est le cas.

 Que certaines personnalités de l’UMP nîmoise, qui ont un goût exacerbé pour la polémique, préfèrent  soutenir des candidatures fantasques dont l’objectif final demeure incompréhensible, est regrettable. Ce faisant, ils se marginalisent en s’écartant d’une ligne politique cohérente et porteuse pour l’avenir de notre territoire et de notre pays.

 Cela n’empêchera cependant en rien l’expression de la diversité au sein de la majorité présidentielle comme le souhaite l’ensemble de ses principaux responsables.

                                            Jacky RAYMOND 

Président délégué du Nouveau Centre Gard

Publicités

Comble, la grande salle de l’Hôtel Holiday Inn. Combles aussi la coursive et le Hall de l’accueil. Ils étaient en effet au moins 1500 personnes, difficiles de faire le compte dans ces conditions. Une affluence sans doute record pour l’édition 2012 des voeux d’Yvan LACHAUD.

En cette année électorale, le premier rendez-vous du député gardois a été un franc succès. Non seulement populaire, mais aussi, pour les animations proposées.

C’est en effet la troupe de Catherine SERRANO et Inas da Cuenca, alors que le festival de flamenco bat son plein à la Cité des Antonins, qui a ouvert les festivités, par des danses flamenca très appréciée du public.

Suivie peu après de l’excellente prestation de l’Ensemble Polyphonique de Garons, qui comme il y a trois ans, est venu interpréter le registre des grands airs d’Opéra, mais aussi, entonner La Marseillaise, l’hymne à la joie, et la Coupo Santo au terme des prises de paroles du député.

Prise de parole au cours de laquelle Yvan LACHAUD a rendu hommage à la mémoire de Jean Yannicopoulos, de son ami, Joseph Prat, mais aussi du journaliste Christophe Donnet, disparu la veille. Impossible également, pour le Président de groupe à l’Assemblée, de ne pas évoquer l’attentat subi par les soldats français en Afghanistant, auquel, il se devait de rendre hommage.

Entouré par l’ensemble des maires de la Vistrenque, mais aussi, par le maire de Jonquières St Vincent, par Richard TIBERINO qui représentait le Sénateur-Maire de Nîmes, par Mireille CELLIER, ancienne maire de Beaucaire, par Aimé BARACHINI, 1er adjoint de Fourques, il a par la suite insisté sur l’esprit qui l’anime depuis qu’il a été investi de ces nouvelles fonctions, et qui lui permettent « de faire porter au plus haut niveau, la voix du terrain, la voix du sud, la voix du bon sens ».

Vous pouvez retrouver l’intégralité de son discours, ci-dessous.

Enfin, comme chaque année, Yvan LACHAUD a tenu à décerner la médaille de l’Assemblée nationale à des personnalités gardoises particulièrement méritantes. Cette année les récipiendaires étaient:

Guy Bergenti, Président des Restau du Coeur du Gard, félicité par Hélène Alliez-Yannicopoulos.

Franck-Lin Dalle, jeune propriétaire du domaine Campuget, et particulièrement mobilisé sur le dossier d’indemnisation de ses collègues arboriculteurs victimes de la Sharka.

François Gonnet, artiste peintre, enseignante, et mère de famille engagée pour les plus démunis.

Christophe Geraldes, apprenti boulanger, lauréat du concours national des apprentis, accompagné par son maître de stage Noël Croxatte, artisan boulanger à Milhaud.

Denis Volpilière, ancien président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Nîmes, et entrepreneur nîmois.

La soirée s’est ensuite terminée autour d’un verre et d’un apéritif animé par Alain Rattier et son « quartet idéal ».

Merci à tous d’être venus aussi nombreux!

Retrouvez l’intégralité de son discours ICI.

« Depuis que je siège à l’Assemblée départementale, j’ai fait de la lutte contre la fraude aux prestations sociales un de mes chevaux de bataille. J’ai incité la majorité départementale à réduire les indus du RSA dans le Gard, je me félicite aujourd’hui que le Président de la République ait décidé de prendre le sujet à bras-le-corps.

Abuser du système de solidarité met en danger la cohésion sociale et surtout notre modèle d’Etat providence. C’est un vol contre tous les français, et c’est d’autant plus intolérable en période de difficultés économiques. Dès lors, lutter contre les tricheurs et les fraudeurs, c’est faire œuvre de justice sociale. Il s’agit pour moi d’une évidence. Je ne veux pas d’une société qui encourage la malhonnêteté. Il ne s’agit en aucun cas de stigmatiser une part de la population, mais simplement de défendre l’immense majorité, qui elle, finance ces prestations ou en a réellement besoin. Je défends cette idée depuis 3 ans au conseil général, et comme vous me connaissez je ne lâcherai rien sur ce point. »

Thierry PROCIDA

Mercredi 19 octobre à 19h, au café des Trois Maures à Nîmes, les Jeunes Centristes organisaient leur deuxième « café-débat » dont le concept repose sur la (cordiale) confrontation de deux intervenants de partis politiques différents.

Le thème abordé hier soir par les Jeunes Centristes du Languedoc-Roussillon interrogeaient, devant une centaine de personnes, Julien DEVEZE (Secrétaire national du Nouveau Centre en charge des institutions) et Nicolas CADENE (n°2 du PS Gardois) sur la nécessité d’une éventuelle 6ème république ? 

Accueillis par Eline ENRIQUEZ-BOUZANQUET et Corentin CARPENTIER, les deux intervenants ont préalablement dressé le constat d’une République en mal de démocratie.

Julien DEVEZE estimant que nos institutions n’étaient pas satisfaisantes du point de vue du « principe » dans la mesure où elles privaient de représentation, ou sous-représentaient, plus d’un tiers des français qui ne votent pas pour l’UMP ou le PS. Par ailleurs, au delà des principes, le scrutin majoritaire instauré pour son « efficacité politique » ne remplit aujourd’hui plus son objectif, compte tenu de la difficulté pour notre pays à se réformer. « Le système actuel met en exergue les oppositions des uns et des autres quand elles devraient au contraire favoriser nos points d’accord » a déclaré Julien DEVEZE illustrant son propos par les exemples de la réforme des retraites, de la règle d’or, ou de la taxe carbone, « pourtant consensuelles dans les partis, qui n’a trouvé à l’Assemblée que des opposants« .

Un consensus favorable à  une dose de proportionnelle

Pour éviter ce genre de comportements, il préconise d’assumer enfin la nature présidentielle de nos institutions en séparant strictement les pouvoirs de l’exécutif et du législatif. Un législatif qui deviendrait véritablement représentatif de la diversité politique française, où une large place pourrait alors être laissée à la proportionnelle, et où des majorités d’idées pourraient enfin émerger. « Plutôt que le nombre de manifestants, les médias, ou les sondages, le parlement redeviendrait le véritable arbitre de la politique de l’exécutif. »

Nicolas CADENE estime pour sa part : « plus que les institutions, ce sont les pratiques qu’il faut changer« . Et de stigmatiser « un air vicié au sommet de l’Etat. Vicié par les affaires. » Pour assainir cet air, le PS préconise de mettre un terme au cumul des mandats, d’accroître le pouvoir de contrôle du parlement sur les nominations de l’exécutif, de faciliter la mise en place de commissions d’enquête parlementaire. Il est également favorable à l’introduction d’une « dose de proportionnelle » visant à garantir la présence de tous les partis à l’Assemblée.

Enfin, le député Yvan LACHAUD a conclu ce débat en rappelant  tout de même que le parlement depuis la réforme constitutionnelle de 2008 avait retrouvé des pouvoirs de contrôle, et que quand les députés conservaient leur liberté :  « Prenez l’exemple de ma proposition de loi sur les phtalates et les parabènes. Elle a été voté malgré le refus initial du gouvernement. »  Il estime cependant nécessaire que la proportionnelle trouve une place dans l’élection des députés « afin de représenter tous nos concitoyens, car il est anormal de priver de parole un grand nombre d’entre eux. »

Julien Devèze, délégué départemental, mais également Secrétaire national en charge des questions institutionnelles , a réagi sur son blog aux résultats de la primaire socialiste.

Il y voit « de nombreux paradoxes« , et un aboutissement logique et un « aboutissement de la logique de personnalisation/peopolisation de la Vème République » dont Ségolène Royal est une victime expiatoire.  « Les primaires démontrent à ces « people » la fragilité de « ce qu’ils incarnent ». Ils devront donc être prêts comme aux Etats-Unis, à gagner ou s’éclipser. »

Reconnaissant à Montebourg et à Manuel Valls d’avoir donné « de la profondeur à un débat politique un peu plat entre les candidats favoris« , il estime que l’arbitre du second tour, l’est « bien malgré lui » dans un mode de scrutin (majoritaire à deux tours) où il est bien difficile de faire entendre les voix de ses électeurs et où il est tentant de rester dans un « ni-ni » critique.

Il revient d’ailleurs dans un second billet publié hier soir sur les négociations que tente de mener Arnaud Montebourg face aux deux candidats, et de constater sous un titre un brin provocateur: « la démocratie représentative existe en France… 3 jours tous les 5 ans! »

A l’heure où la VIème République revient dans le débat public, il dresse enfin un tableau comparatif entre les modifications constitutionnelles proposées par Montebourg et la convention pour la 6ème République, et les idées centristes en la matière. Régime parlementaire, face à régime présidentiel: deux conceptions de notre démocratie se font face, partant cependant d’un même constat: la nécessité de changer les institutions « usées » de la Vème république.

Un café-débat des jeunes centristes aura d’ailleurs lieu sur ce thème mercredi 19 octobre à 19h aux Trois Maures. Une rencontre où le mot débat prendra tout son sens, comme d’habitude chez les Jeunes Centristes, puisque Julien DEVEZE sera opposé à Nicolas CADENE, n°2 du PS gardois sur ce sujet. Venez nombreux!

CONVENTION DEPARTEMENTALE 2011

 

Election du Président Départemental :

 

Yvan LACHAUD

Député du Gard, Président du Groupe Nouveau Centre à l’Assemblée Nationale

Election du Trésorier :

 

Alain-Louis FABRE – Saint Chaptes

 

Election du Conseil Départemental :

 

Membres de Droit :

Gérard ROUX – Conseiller Général, Maire de St Hilaire de Brethmas

Thierry PROCIDA – Conseiller Général

Julien DEVEZE – Délégué Départemental

Eline ENRIQUEZ-BOUZANQUET – Présidente des Jeunes Centristes Languedoc-Roussillon

Corentin CARPENTIERVice-Président national des Jeunes Centristes

Membres élus :

 


Hélène ALLIEZ-YANNICOPOULOSNîmes (I)

Daniel ANDRE – Nîmes (II)

ARMET Monique – Nîmes (I)

Marie-Noëlle ARONDEAU – Nîmes (I)

Robert BARRACHIN – Nîmes (VI)

Jean-Claude BASCHIOU – Aigues-Mortes

Jean-Charles BENEZET – St Christol-les-Alès

Michèle BERTREUX – Langlade

Mélisandre BILLUART – Vauvert (JC)

Julien CANCE – Le Grau du Roi

Pierre CARPENTIER – Aubord

Fabrice CEZ – Milhaud

Marie CHAIX – Nîmes (V)

Dolorès COEFFIC – Nîmes (VI)

Edmond COUTE – Nîmes (I)

Marianne CREPIN – Nîmes (IV)

Rose DA COSTA – Nîmes (III)

Pierre-Louis DESCHAMPS – Nîmes (I)

Howard DOOLEY – Nîmes (II) (JC)

Michel DUMAS – Fons outre Gardon

Françoise FABRE-ROUSSY – Nîmes (II)

Jean-Claude FEYBESSE – Nîmes (III)

Thierry FILLAU – Caveirac

Isabelle FONTAINE – Garons

Xavier GAUTRUCHE – Nîmes (III)

François GRANIER – Montpezat

Christiane GRAS – Nîmes (V)

Roland GRONCHI – Saint-Gilles

Mireille LACHAUD – Nîmes (III)

Yvette LAICK – Nîmes (IV)

Jean-Luc MARIETTE – Nîmes (IV)

Pierre MAUMEJEAN – Aigues-Mortes

Marielle NEPOTY – Aigues-Mortes

Jean-Louis NICOLAS – Caissargues

Michel PERIER – Jonquières Saint Vicent

Jean-Pierre PONGE – Marguerittes

Serge POUECH – Alès

Nicole PREVOST – Nîmes (I)

Jacky RAYMOND – Nîmes (IV)

Philippe RIBOT – St Privat des Vieux

Pierre ROBINSON – Pont St Esprit

Jean-Manuel RODRIGUEZ – Nîmes (I)

Dominique RODRIGUEZ – Nîmes (IV)

Fanny ROUVERET – Saint Jean du Gard (JC)

Claude ROUX – Bagnols sur Cèze

Samir SEDDOUKI – Nîmes (II)

Jacques SIRBEN – Nîmes (IV)

Jean-Marc SOULAS – Nîmes (III)

Nicole TEROL – Nîmes (I)

Alain YANG – Bouillargues

Initialement prévue le 3 septembre et reportée un mois plus tard pour cause de mauvaises conditions météo, c’est finalement ce dimanche, 2 octobre, et sous un grand soleil selon les prévisionnistes qu’aura lieu la convention départementale.

L’accueil se fera à partir de 9h, par un déjeuner au pré offert aux adhérents du Nouveau Centre qui participeront à l’Assemblée Générale.

Une AG qui commencera à 10h et verra les interventions des responsables de section, et des responsables départementaux du Nouveau Centre Gard, ainsi que le vote pour renouveler les instances départementales.

Au menu de l’ordre du jour, bilan moral et financier, projets pour les deux années à venir, et politique générale au niveau local et national. Discussions, qui seront bien sûr toujours suivies d’un débat avec les adhérents, et d’un jeu de questions réponses.

A partir de midi, apéritif et intervention d’Yvan LACHAUD devant tous les convives.

Puis un déjeuner autour d’une paëlla sera proposé, suivi d’une tienta et d’une fiesta campera dans le plus pur style camarguais.

N’hésitez pas à vous inscrire au 04 66 02 11 50.

Thierry PROCIDA, Conseiller Général du canton de Nîmes II, s’interroge et espère. Il espère que la politique qui sera menée par le président Alary s’infléchira vers « moins de dogmatisme, et une meilleure prise en compte des réelles aspirations de nos concitoyens. »

L’opposition que mènera le conseiller général Nouveau Centre se voudra toujours constructive – « je sais reconnaître les actions de la majorité quand elles sont positives, notamment dans le domaine du handicap » – mais néanmoins mordante sur les grands sujets qui lui tiennent à cœur et sur lequel il a lancé le débat dans l’hémicycle départemental.

En l’occurrence, des thèmes de la vie quotidienne des gardois qui sont oubliés de la politique départementale pour des raisons purement idéologique alors qu’il y a pourtant urgence. On se souvient notamment que Thierry PROCIDA était fortement monté au créneau concernant la vidéo-surveillance dans les collèges, fréquemment l’objet d’actes de vandalisme ou de vols qui pénalisent les élèves et coûtent cher à la collectivité.

De la même façon, les structures de prise en charge des personnes âgées dépendantes font l’objet de difficultés croissantes faute d’une politique volontariste suffisante.

Enfin, dans sa gestion quotidienne, Thierry PROCIDA estime que le Conseil Général doit être plus efficace dans la distribution des aides sociales souvent faîtes à tord, et moins dépensier dans les dépenses de prestige comme la communication ou le Pont du Gard « qui serait sans doute mieux géré par une société privée en délégation de service public. »

Les responsables départementaux du Nouveau Centre et de l’UMP se sont retrouvés ce matin afin de trouver un accord entre les deux partenaires de la Majorité Présidentielle dans la perspective des prochaines élections cantonales.

 Concernant la question des conseillers généraux sortants de l’actuelle opposition départementale dont le canton est renouvelable en 2011, au nombre de trois dans le département, le principe retenu est celui de leur investiture automatique.

 Pour les autres cantons, les deux formations investiront des candidats d’union, excepté sur Nîmes III et Nîmes IV, sur lesquels on assistera à une « primaire ». « Un code de bonne conduite » entre les candidats des deux formations sera néanmoins appliqué.

 

Vauvert : Philippe VELLAS (UMP)

Sommières : Eline ENRIQUEZ-BOUZANQUET (Nouveau Centre)

Saint Chaptes : Claude VIAN (UMP)

Uzès : Jean-Luc CHAPON (Parti Radical)

Roquemaure : Yves CAZORLA (UMP)

Alès Ouest : Jean-Charles BENEZET (Nouveau Centre)

Alès Nord-Est : André NAL (DVD)

Saint-André de Valborgne : Régis BOURRELLY (Nouveau Centre)

Le Vigan : Pascaline DRUYER (UMP)

Réaction de Thierry PROCIDA, Conseiller Général du Gard, au débat sur le budget primitif du Conseil Général du Gard:

« Les aventures budgétaires ne lassent pas de nous surprendre quand elles sont contées par la majorité départementale actuelle.

 J’ai bien dit « contées » C-O –N-T-E-E-S, comprenez contes de fée, et non, comptez, comme on devrait le faire avec des chiffres, pour l’examen d’un budget aussi important que celui du Conseil Général du Gard.

 Car, oui, le budget du Conseil Général est entouré d’une « aura », quelque peu mystérieuse, que lui confère vos différents documents budgétaires. Car, manifestement, vous préférez entourer vos décisions budgétaires, de flou, et d’imprécisions, plutôt que de transparence. En tant qu’élu centriste, attaché aux principes démocratiques, croyez bien que je le regrette.

Quand on consacre des pages entières à faire le bilan de sa politique budgétaire en lieu et place de parler des orientations futures, c’est soit qu’on a des choses à se reprocher, soit des choses à cacher.

Idem, quand, d’une année sur l’autre, vous « saucissonnez » certaines de vos dépenses les moins assumées, comme celles liées à la communication, dans différents chapitres budgétaires.

Et de communication, justement parlons-en. Puisque vous accompagnez ce manque de transparence budgétaire fort peu démocrate, d’une communication grand public avec laquelle vous êtes capables de dire tout et son contraire.

 Ainsi, on se souvient bien que l’an dernier, après le débat d’orientation budgétaire, où vous aviez continué à nous dire, comme vous le faisiez depuis des années, que l’Etat vous serrait la vis, que vous étiez exsangue et que le département n’avait plus de marge de manœuvre et puis, vous vous êtes souvenu que vous étiez en campagne pour les régionales. Et qu’il existait une stratégie de communication à développer. Alors tous les conseils généraux, comme un seul homme, à l’unisson du Conseil Régional, se sont mis à nous chanter un volontarisme nouveau, et à nous conter un budget OFFENSIF !

Qu’en est-il aujourd’hui de ce budget ? Où sont les investissements ?

Bien malin qui saura les trouver, et c’est regrettable pour les habitants de nos cantons qui eux subissent la réalité de votre politique qui augmente une nouvelle fois les impôts pour augmenter encore les dépenses de personnel, au lieu de procéder à des investissements nécessaires comme la vidéo surveillance dans les collèges régulièrement cambriolés.

Malgré ce que j’ai cru pouvoir comprendre, dans votre imprécision, hier, je n’ai pu trouver aucune ligne budgétaire consacrée à ce dernier point… J’espère que depuis hier, vous vous êtes coordonnés ?

Je ne serai pas plus long, car mon collègue Franck PROUST a déjà évoqué dans le détail les manquements de votre budget, je tenais cependant, en tant qu’élu du centre à pointer un certain nombre de dysfonctionnements grandement préjudiciables à la démocratie à l’intérieur de cet hémicycle.

Pour toutes ces raisons, je voterai contre ce budget. »

janvier 2018
L M M J V S D
« Nov    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

RSS Le Nouveau Centre

  • Comment détecter les faux profils coquins
    Arnaques sur les sites de rencontre Les faux profils coquins existent sur tous les sites de rencontre qui existent en ce moment sur toute l’Europe. Il faut toujours rester vigilant, sans toutefois dramatiser. Le plus important, c’est que vous soyez conscient du phénomène et que vous mettiez dans un coin de la tête l’éventualité d’avoir Read More → […]

RSS Yvan LACHAUD

  • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.

Adhérer en ligne