You are currently browsing the tag archive for the ‘Développement durable’ tag.

Plusieurs rendez-vous à ne pas manquer:

– Mercredi 25 janvier à 19h, à  Bagnols, les voeux de la section Nouveau Centre de Bagnols Pont, présentés par Claude ROUX et Pierre ROBINSON à la salle Mallet, autour de la Galette des Rois.

Après le succès des deux premiers débats organisés par les Jeunes Centristes du Gard sur le droit de grève et la 6ème République, ils organisent, le 1er février, 19h, à la brasserie des 3 Maures, à Nîmes, un débat en présence d’Hélène ALLIEZ-YANNICOPOULOS (NC) et de Béatrice LECCIA (EELV) sur le thème, « l’écologie a-t-elle une couleur politique? »

Publicités

Réussir l’après-crise, c’est réussir la transition vers une nouvelle croissance, créatrice de richesses et de bien-être supplémentaires. La croissance verte va s’appuyer en particulier sur les outils issus des nouvelles technologies de l’information, de la recherche et de l’innovation.

Une étude du Boston Consulting Group publiée en juin 2009 pour le Ministère de l’Environnement a chiffré à 450 milliards d’euros d’activité économique et 600 000 emplois consolidés ou créés d’ici 2020 l’activité générée dans le champ du développement durable. Le secteur le plus directement concerné est celui du bâtiment où plus de 300 000 créations d’emplois sont attendues, en particulier dans le secteur de la rénovation et de l’isolation thermique. Or aujourd’hui, faute de formation adaptée, il manque à la France 800 000 emplois par rapport à l’Allemagne dans les métiers de l’environnement.

Chacun doit se mobiliser – particuliers, professionnels et pouvoirs publics nationaux et locaux – pour tirer le meilleur parti du défi écologique et énergétique.

1. Pas de démagogie sur le nucléaire  mais réduire sa part dans notre bouquet énergétique

C’est la voie de raison. Aujourd’hui, la part des énergies renouvelables dans la production d’électricité est de l’ordre de

15 %, dont 12 % pour l’hydroélectricité. Il y a de ce point de vue une marge de progression très importante avec le photovoltaïque, l’éolien, la biomasse, la méthanisation. Il faut que l’Etat consacre un effort plus important à la recherche sur les énergies renouvelables. Il faut également poursuivre et amplifier les efforts en terme de maîtrise de la consommation énergétique dans le bâti afin d’agir sur la demande d’électricité. Il faut surtout que la politique énergétique soit, enfin, traitée à la maille européenne.

Compte tenu de ces enjeux, il faut raisonner par palier. Ramener la part du nucléaire à 60 % d’ici 15 ans constitue un objectif raisonnable pour une première étape. Il est tellement facile, comme le font certains, de s’engager à 30 ans sur de grands objectifs. Nous ne sommes pas dans la situation de l’Allemagne où la part du nucléaire est minoritaire.

Ne cachons pas aux Français les enjeux liés au démantèlement du parc de nos centrales nucléaires, mais aussi ceux liés à la construction de nouveaux réacteurs alors que 21 réacteurs ont aujourd’hui plus de 30 ans d’activité.

2. Une gestion intelligente et pragmatique de nos déchets

Notre société produit de plus en plus de déchets par habitant et par an (plus de 440 kg par habitant en moyenne en France. Cette production a plus que doublé en 40 ans, ce qui pose le problème de leur traitement et qui occasionne également un important problème environnemental. Les coûts de traitement ont aussi augmenté et le coût du transport explose puisqu’il représente 40% de notre facture. Il est donc nécessaire de limiter la part de nos déchets qui ne peuvent pas être valorisés.

Face à ce constat, seule la mise en place de la redevance incitative ou pesée embarquée s’impose afin de préserver l’environnement, la qualité de vie de ses habitants ainsi que notre portefeuille.

-Généraliser la Redevance incitative pour la prise en charge des déchets ménagers. Cette redevance dite incitative établit un lien entre le comportement du citoyen et la facture. Comme pour l’eau ou l’électricité, l’usager paye en fonction de sa consommation. Plus il produit et jette de déchets, plus sa facture sera élevée. Ce mode de financement vise ainsi à responsabiliser les usagers et à favoriser la réduction des déchets. La redevance ne s’applique qu’aux ordures grises, c’est–à-dire les ordures résiduelles ne pouvant être ni recyclées, ni compostées. Elle encourage le citoyen à trier et à composter ses déchets. Au final, plus l’usager réduit sa consommation de déchets, plus il trie et composte, moins il paye cher sa facture d’enlèvement des ordures

-Favoriser le recours à la consigne dans nos comportements quotidiens. La consigne est écologique : les bouteilles consignées et rendues sont utilisables environ 20 fois, ce qui est source d’économies de matières premières et d’économies d’énergie significatives. La consigne est également citoyenne : elle implique un geste volontaire et responsable du consommateur, tout en l’intéressant pécuniairement à l’opération, et elle responsabilise par ailleurs la filière du verre. La consigne est enfin efficace : en Norvège, 96 % des bouteilles de bière et de boissons gazéifiées vendues sont rendues aux distributeurs. Au Québec, un dispositif exemplaire, Recyc-Québec, fonctionne parfaitement depuis des années pour la bière : plus de 98 % des bouteilles de bière sont réutilisées entre 8 et 10 fois.

3. Développer le recours aux énergies renouvelables

-Instaurer tarif préférentiel de rachat d’électricité photovoltaïque pour les installations d’une superficie supérieure à 1 hectare réalisées sur des bâtiments industriels et commerciaux ou en couverture de parkings.

-Développer des réseaux de chaleur en milieu rural en utilisant les sous-produits forestiers et agricoles.

4. Inciter aux économies d’énergie :

-Imposer aux entreprises de transport public et de transport de marchandises la mise en place d’un module électronique d’éco-conduite sur les bus et camions permettant une diminution des consommations de 5 à 10 %.

– Interdire le chauffage – électrique ou gaz – des terrasses de café ou de restaurant non fermées – et le remplacer, par exemple, par un système de bâches transparentes.

5. Améliorer la performance énergétique des bâtiments :

-Lancer une grande campagne de soutien à l’isolation des bâtiments publics par un remboursement intégral de la TVA pour les travaux concernés,

-Pour les particuliers, maintien des crédits d’impôts pour l’isolation et le renouvellement d’installations de chauffage avec la mise en place d’un taux bonifié à 25 % en cas « de bouquet de travaux » (isolation + changement de chaudière) et l’obligation de la réalisation préalable d’un Diagnostic de Performance Energétique (DPE) pour tous les propriétaires occupants.

6. Soutien au véhicule électrique :

-Création d’un Fonds national de déploiement de bornes de recharge pour véhicules électriques – voitures et deux roues – alimenté par des contributions des constructeurs automobiles, des producteurs d’électricité et d’une taxe minime sur chaque véhicule vendu.

Le planning des prochaines semaines sera chargé pour les centristes du Languedoc-Roussillon:

– Vendredi 5 novembre à 19h, dans le cadre de l’apéritif hebdomadaire, à la permanence de Nîmes, Hélène ALLIEZ-YANNICOPOULOS, nous présentera l’actualité de sa délégation, et en particulier les grandes lignes des résultats de la thermographie aérienne.

– Lundi 8 à 19h, les Jeunes Centristes organisent à Nîmes un café-débat sur le thème « Le Service Minimum: Mythe ou réalité? », en présence notamment de Jacky RAYMOND, Adjoint au Maire de Nîmes en charge de l’éducation, qui pourra nous faire partager son expérience sur l’application de l’accueil des enfants dans les écoles. Rendez-vous donc au Murphy’s, rue Maubet.

– Vendredi 19 à 18h, à Lamalou, le Nouveau Centre  Hérault organise un débat thématique sur la santé la Ville, dans le cadre de la préparation de la convention thématique du 13 décembre prochain qui aura lieu à Paris sur la Santé. Notre fédération voisine avait déjà contribué à la convention sur l’Europe, avec une excellente réunio sur les politiques européennes du tourisme, à Agde. Cette réunion sera animée par Catherine CECCHI, cadre de santé, et par le Maire de Lamalou-les-Bains, Marcel ROQUES.

– Enfin, toujours dans le cadre de ces conventions thématiques, la fédération du Gard, organise le lundi 29 novembre à 20h, un dîner-débat sur l’avenir de notre système de santé, à la Brasserie du Printemps, Boulevard Amiral Courbet, en présence notamment du député Yvan LACHAUD.

A noter également dans vos agendas les grandes conventions thématiques organisées à Paris pour préparer le projet centriste à la présidentielle: le 15 novembre, « Egalité des droits ou équilibre des Chances? » et le 13 décembre, sur la thématique Santé.

Le programme du Nouveau Centre Gard s’annonce chargé au cours des prochaines semaines.

Déjà plusieurs rendez-vous importants nous sont donnés:

– Jeudi 8 avril, la députée européenne Sophie AUCONIE sera présente à Nîmes pour le lancement de « Femmes au Centre » dans le Gard.  Rendez-vous à 18h30 à la permanence pour le lancement officiel, qui sera suivi à 20h30 d’un dîner-débat sur les violences et harcèlement moraux au restaurant « le Pass O Bio », place du Chateau à Nîmes (Tarif 20€ tout compris).

– Le lundi 12 avril, c’est le député Yvan LACHAUD qui recevra le spécialiste des questions énergétiques Jean-Marc JANCOVICI, pour une conférence intitulée « Lutter contre le réchauffement climatique, prévenir la crise énergétique » qui aura lieu à 18h30 à l’Hôtel Atria de Nîmes.

– Les jeunes centristes du Languedoc-Roussillon auront également l’occasion au cours des prochaines semaines de tenir leur Séminaire Régional.

– Enfin, date primordiale pour le mouvement, notre congrès national aura lieu les 12 et 13 juin prochains à Tours. Nous vous attendons tous très nombreux à l’occasion de ce temps fort de notre parti politique, en présence de tous les parlementaires et élus du Nouveau Centre.

Avant –programme
Samedi 12 juin :
– 14h : accueil des participants au Palais des Congrès de Tours
– Séance plénière, formations et vote pour l’élection du Président
– 20h30 : soirée festive

Dimanche 13 juin :
– 8h30 : Séance plénière, formations et proclamation du résultat des votes
– Discours de clôture
– 13h : déjeuner convivial
Départ à partir de 15h

Le Nouveau Centre, par la voix de son président Hervé MORIN,  a fait part, hier, mardi 27 octobre, au Premier Ministre,  de ses propositions concernant les choix d’investissements stratégiques pour l’avenir.

 Ces propositions sont placées dans l’esprit de responsabilité que notre société se doit d’avoir pour l’avenir, afin de l’aider à faire face aux défis qui se posent à notre économie ; mais aussi à répondre dès aujourd’hui, aux problématiques complexes de la dépendance et du vieillissement de la population.

 Le suivi des investissements doit être affecté à une structure ad hoc fondée sur des objectifs clairs sur le modèle du Partenariat Public/Privé rapprochant les entreprises, les universités et les pouvoirs publics.

 Il seraient déclinés autour de trois axes :

 Le premier est celui d’un plan de solidarité qui financerait l’amorçage d’une refonte complète de notre système de prévoyance face à la dépendance. Basée sur une logique assurantielle, l’Etat devra néanmoins intervenir pendant 5 ans à hauteur de 1,5 milliards d’€ par an pour « amorcer la pompe ». Il s’agit, pour le Nouveau Centre d’une priorité, car le coût annuel de la dépendance ne tardera pas à atteindre les 80 milliards d’€.

 Le deuxième axe répondrait au défi de l’innovation économique. Les énergies renouvelables seront au cœur de la future croissance, le Grand Emprunt doit permettre à la France d’être au rendez vous en finançant des investissements dans les bio-technologies et bio-énergies, dans les technologies de transformation de la chaîne organique, et dans les éco-technologies qui permettront notamment la mise en place d’un réseau de recharges pour voitures électriques.

 Enfin, un plan environnemental permettrait à la France de rattraper son retard dans le domaine de la fabrication des structures et biens d’équipements dans les énergies renouvelables. Le marché de la construction et de la fourniture en biens d’équipement durables est dominé par les constructeurs allemands et scandinaves. Ce développement pourrait être soutenu par un grand plan « Eco-Quartiers » sur le modèle des plans de rénovation urbaine.

 Autant de secteurs dans lesquels doivent également s’engager notre région qui possède bien des atouts naturels pour le faire, à condition de les valoriser.

Hélène ALLIEZ-YANNICOPOULOS

Hélène ALLIEZ-YANNICOPOULOS

par Hélène ALLIEZ-YANNICOPOULOS,Secrétaire Nationale Adjointe à l’Environnement, Vice-Présidente de la Fédération NC du Gard.
Comme beaucoup d’entre nous, je me réjouis en bien des points de la victoire de Barack OBAMA à l’élection présidentielle américaine. Au-delà des symboles, le changement qu’il promet est attendu dans bien des domaines : économique, social, culturel, en particulier aux Etats-Unis ; mais également partout dans le monde, dans les domaines de la politique étrangère, et dans celui de l’environnement.

C’est, bien entendu, sur ce dernier point, que je tenais à réagir. Non seulement, il est un des enjeux majeurs de notre monde, mais il est aussi, celui sur lequel le CHANGEMENT sera certainement le plus tangible dans la politique américaine.

Dès le lendemain de son élection face à Al GORE, que l’on connaît pour son engagement écologique, George W. BUSH, prit le monde à contre-pied en refusant de ratifier les accords de KYOTO sur les gaz à effet de serre responsables du réchauffement climatique, et décida qu’il fallait opposer l’intérêt de l’économie américaine à celui de la planète dans sa lutte contre le « Global Warming ».

Une philosophie dévastatrice, qui n’a d’ailleurs pas empêché les Etats-Unis de connaître une crise économique comparable à celle de 1929. Une philosophie à l’opposée de celle développée dans le programme environnemental et énergétique de Barack OBAMA.

Le prochain Président des Etats-Unis développe dans son programme la volonté de concilier environnement et économie : la base même de ce qu’est le développement durable.

Il a, contrairement à son prédécesseur, une conscience aigue des dangers qui nous attendent si nous n’agissons pas. Et promet des mesures en conséquences :
– réduire les émissions de gaz à effet de serre à 80% du niveau de 1990 d’ici à 2050.
– Etablissement immédiat d’un seuil annuel de production de ces gaz pour l’ensemble des USA.
– 150 milliards de dollars seront consacrés sur 10 ans à la recherche sur les énergies renouvelables.
– Mise en place de normes urbanistiques à haute qualité environnementale comparables à celles prises par le Grenelle de l’Environnement.

Enfin, et surtout, Barack OBAMA affirme sa volonté de faire des Etats-Unis le leader mondial de la lutte contre le changement climatique. Les américains étant les plus gros producteurs mondiaux de gaz à effet de serre par habitant, l’importance de cette décision dans l’efficacité de l’application des accords de Kyoto et Rio est capitale.

Le nouveau Président des Etats-Unis incarne un espoir, qui, je l’espère, ne sera pas déçu. La tâche sera difficile, et on peut penser que ce sont 8 années de retard qu’il a à rattraper.

Il n’est pourtant pas trop tard, et à l’heure, où beaucoup d’entre nous s’interrogent sur le tournant que doit prendre le monde aujourd’hui, l’espoir que nous donnent les américains ne pourra que rejaillir sur l’ensemble de la planète, et ainsi, donner l’impulsion qui nous sera nécessaire pour en faire une réalité.

avril 2018
L M M J V S D
« Nov    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

RSS Le Nouveau Centre

  • Comment détecter les faux profils coquins
    Arnaques sur les sites de rencontre Les faux profils coquins existent sur tous les sites de rencontre qui existent en ce moment sur toute l’Europe. Il faut toujours rester vigilant, sans toutefois dramatiser. Le plus important, c’est que vous soyez conscient du phénomène et que vous mettiez dans un coin de la tête l’éventualité d’avoir Read More → […]

RSS Yvan LACHAUD

  • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.

Adhérer en ligne

Publicités