You are currently browsing the category archive for the ‘Nimes’ category.

DEBAT D’ORIENTATION BUDGETAIRE (D.O.B.) 2013

 

Conseil Municipal – Ville de Nîmes

Samedi 17 novembre 2012

 

Intervention de Jacky RAYMOND au nom du groupe Nouveau Centre

 

Monsieur le Sénateur-Maire, Cher(e)s collègues,

Permettez-moi, avant que je ne m’exprime, au nom du groupe Nouveau Centre, de souligner, Monsieur le Maire, le choix opéré en page de couverture du document d’orientation budgétaire 2013, car je crois à la force des images et des symboles. Après le choix de la photo de la maquette du groupe scolaire Henri Wallon pour le DOB 2012, c’est maintenant celui de la maquette du futur centre universitaire Hoche-Sernam. C’est un nouveau signe de l’attention particulière portée à la formation – après celle d’écoliers nîmois dans un secteur de l’éducation prioritaire, celle d’étudiants de Nîmes et de notre région, ce qui constitue une indéniable plus-value pour notre ville.

M’exprimant, de manière synthétique, au nom des élus du groupe Nouveau Centre de la Ville de Nîmes, je tiens à réaffirmer un certain nombre de principes éthiques qui doivent guider l’action des collectivités, comme celle de l’Etat, tout particulièrement en cette période de crise grave que nous traversons, dont le document se fait l’écho dans le chapitre II relatif aux « perspectives économiques et financières 2013 ».

Ces principes essentiels,  que j’ai déjà inventoriés l’an dernier, sont au nombre de trois :

– Le premier, c’est celui d’une gestion transparente. Et le débat d’aujourd’hui propose justement de permettre à nos concitoyens d’apprécier en toute connaissance de cause les arbitrages qui sont ceux de notre municipalité.

– Le deuxième, c’est celui d’une gestion prévoyante, qui se traduit à la fois par notre volonté à  ne pas dépenser plus que ne nous le permet notre capacité d’autofinancement et à lutter contre l’endettement et les déficits. Et c’est avec fierté que nous soutenons une politique qui a permis de réduire la dette d’environ 28% en onze ans – réduction de 80 M €, de 293 M € en 2001 à 213 M € en 2011.

– Enfin, le troisième et dernier principe de gestion que retient le groupe Nouveau Centre, c’est celui d’une gestion respectueuse de nos concitoyens et de leurs deniers, donc mesurée et maîtrisée. Cela fait onze ans, avec un renforcement progressif de la démarche, que les services de cette Ville ont mis en pratique des méthodes de management, de gestion, qui optimisent le service rendu à nos concitoyens, c’est-à-dire qui conjuguent efficacement des objectifs économiques et qualitatifs. Nous devons persévérer dans cette démarche et faire en sorte que l’investissement soit toujours préféré à la dépense de fonctionnement.

Transparence, prévoyance, respect, trois principes, que je pourrais qualifier de « vertueux », qui devraient toujours être au fondement de toute politique publique. Ces principes éthiques fondent les principes de gestion, exposés en introduction du chapitre V,  retenus pour l’exercice 2013 comme pour les précédents. Leur déclinaison permettra, comme il est écrit à la fin de ce propos liminaire du chapitre considéré, « de poursuivre l’action entreprise en matière d’investissement, montrant ainsi le dynamisme de la ville. » (page 15).

Grâce à cette politique menée avec opiniâtreté depuis 2001, nous avons l’opportunité de maintenir un niveau élevé d’investissement et de pouvoir aujourd’hui, dans le cadre de ce débat budgétaire, exprimer des choix clairs.

Les élu(e)s du groupe Nouveau Centre souhaitent souligner certaines priorités qui leur tiennent à cœur et qui trouvent leur traduction dans les orientations budgétaires soumises au débat ce matin. Pour une meilleure compréhension du propos, je distinguerai, suivant en cela la structure du document, les priorités relevant du fonctionnement de celles relevant de l’investissement.
En matière de fonctionnement, trois orientations s’inscrivent dans notre vision de la gestion municipale, au regard de nos valeurs, en particulier dans le contexte de crise que j’ai évoqué au début de mon intervention :

1. Le maintien des taux des trois impôts communaux des ménages, dans le respect des engagements pris – comme vous n’aurez pas manqué de le noter, Nîmes figure, dans l’ensemble des 40 plus grandes villes de France, parmi les 6 villes qui n’ont pas accru leur pression fiscale.

2. Le maintien des tarifs des services publics, alors qu’ils sont déjà exceptionnellement bas si on les compare à ceux d’autres collectivités, toutes sensibilités confondues – afin de ne pas allonger inconsidérément le propos, je ne retiendrai comme exemple que les tarifs de la restauration scolaire, dont nous avons unanimement voté le maintien lors de la séance du conseil municipal du X, et dont je rappelle les deux premiers, qui concernent près de la moitié des familles nîmoises dont les enfants déjeunent dans un restaurant scolaire : 0,47 € et 1,04 €. Et je n’évoque pas ici la gratuité de certaines activités comme les études ou les ateliers périscolaires municipaux.

Par ce choix, la Ville de Nîmes affirme son rôle social majeur, ce qui est particulièrement important en temps de crise.

3. La modernisation des services publics nîmois, au bénéfice des usagers, en particulier par la mise en œuvre de moyens modernes et diversifiés de paiement et par diverses actions de formation des personnels et de développement d’outils de gestion adaptés aux missions des services.

En matière d’investissement nous validons l’essentiel des orientations mais nous nous interrogeons sur l’une des dépenses d’équipement.

1. L’attention particulière accordée à l’éducation et aux écoles, constitue pour nous, centristes, une priorité absolue.

Car, l’école n’est pas seulement le lieu premier de la construction des apprentissages, c’est aussi celui de la socialisation, c’est-à-dire de celui de l’apprendre à vivre ensemble, c’est encore celui de l’action sociale, notamment au travers de l’aide aux familles. La question scolaire est donc pour nous au cœur de l’action publique pour préparer et fonder notre avenir.

Notre Municipalité témoigne de cette priorité par ses investissements majeurs, et d’une particulière qualité – Trop ai-je parfois entendu ! Nous ne partageons évidemment pas ce point de vue.

2. Le renforcement de la sécurité et de la prévention des risques – autre secteur stratégique de toute première importance.

Les élu(e)s centristes portent une attention forte à la question de la sécurité, fondement, avec l’éducation, du « vivre ensemble ». Nous sommes favorables à l’usage de technologies comme la vidéoprotection et la verbalisation électronique mais nous revendiquons une présence humaine accrue, le dialogue avec tous afin que chacun s’approprie sa ville et la respecte. Une mission aussi urgente et aussi capitale demande la mobilisation de tous, sur la base de valeurs et d’exigences partagées.

3. La poursuite de la politique d’aménagement et d’équipement du territoire communal, indispensable pour assurer un bien-être toujours accru des Nîmoises et des Nîmois, ce qu’illustrent les programmes de renouvellement urbain, de restructuration et d’aménagement de zones et d’espaces publics, les opérations de sécurisation de l’espace public et celles de rénovation, voire de structuration, de la voirie ; les actions de modernisation et de mise en valeur de nos monuments, de nos équipements culturels et sportifs.

4. Le développement économique, la base même de toute cité dynamique, où les habitants comme les acteurs économiques doivent se sentir bien, est au cœur de nos préoccupations, en particulier le centre-ville, dont nous entendons l’expression des difficultés et de la souffrance, qui doit bénéficier d’une attention forte et constante de notre municipalité. Nous, Centristes, prônons un développement économique qui passe par l’amélioration de notre cadre de vie, par une bonne accessibilité aux commerces et aux services, par une capacité d’accueil, j’oserai dire d’hospitalité. Il s’agit, en un mot, de rendre notre ville toujours plus attractive.

5. L’exigence de limitation de l’emprunt, l’une des conditions d’une gestion saine, le montant de l’emprunt devant rester à un niveau inférieur au montant du remboursement annuel des emprunts déjà contractés.

Il s’agit à la fois d’une exigence éthique et d’un devoir d’exemplarité à l’heure où nombre de collectivités locales sont montrés du doigt en la matière et où il s’avère indispensable de coopérer à l’effort national de réduction de la dette publique.

Mais nous nous interrogeons sur les conditions de financement d’une des opérations qui vous sont soumises : la création du musée de la Romanité.

Nous sommes de fervents partisans du développement culturel, de manière générale et plus particulièrement à Nîmes, parce que c’est l’un des facteurs majeurs de la formation et de l’épanouissement des individus. Et, à ce titre comme à celui de la valorisation de notre patrimoine exceptionnel, nous avons voté en faveur de cette création, y compris sur le choix du projet architectural et sur l’équipe de maîtrise d’œuvre. De même que nous soutenons les projets culturels proposés pour l’exercice 2013 (page 35).

S’il faut lancer cette opération, qui correspond à l’un des engagements majeurs du mandat, nous tenons à exprimer des inquiétudes sur son plan de financement :

* Nous prenons acte de l’engagement du Conseil régional Languedoc-Roussillon, qui a voté une participation de 10 M € et qui, à en croire son Président, serait prêt à faire un effort supplémentaire compte tenu de la particulière qualité de ce projet.

Nous dénonçons le refus du Conseil Général du Gard de participer à cette réalisation d’envergure, qui outre les effets positifs pour la ville, ne manquera pas d’en avoir aussi d’importants pour le département, notamment en termes d’image comme de retombées culturelles, touristiques, économiques. La position du Conseil Général est à vrai dire incompréhensible.

* Le lancement de cette opération intervient à un moment défavorable au plan national si j’en juge par les déclarations fracassantes de Madame Filippetti, Ministre de la Culture, qui a stoppé divers grands chantiers à l’échelle nationale (exemples du centre national de la musique, de la cinémathèque de la danse ou encore de Lascaux 4) et elle a annulé plus d’un milliard de dépenses, le budget de la culture faisant par ailleurs l’objet de coupes budgétaires.

Aussi comptons-nous sur vous, chers collègues de la majorité présidentielle, vous qui avez voté le principe de la création du musée de la Romanité en Conseil municipal, vous qui avez également voté une enveloppe de 10 M € au Conseil régional, pour faire comprendre à vos amis socialistes l’ambition et des enjeux de ce projet, pour faire pression sur eux afin d’obtenir des aides significatives de l’Etat.

Dans ce contexte difficile, les élu(e)s du Nouveau Centre prônent un étalement des financements qui permettent, dans le temps de la réalisation du musée de la Romanité, la mise en œuvre d’autres grandes opérations d’équipement, par exemple un Palais des Congrès, équipement indispensable pour un meilleur développement économique de la ville.

Je veux souligner, pour clore mon propos, que le groupe Nouveau Centre approuve les orientations budgétaires de la Ville de Nîmes,mais qu’il ne peut manquer de souligner avec force le contexte difficile de création du Musée de la Romanité, mais sur lesquels, chers collègues, je suis persuadé que nous travaillerons tous ensemble dans un esprit consensuel.

Je vous remercie de votre attention.

Publicités

Yvan LACHAUD, Député du Gard, et sa suppléante, Hélène ALLIEZ-YANNICOPOULOS,

présenteront, comme chaque année, leurs voeux à la circonscription,

le vendredi 21 janvier 2011, à partir de 19h, à l’Hôtel Holiday Inn, rue Claude Nicolas Ledoux en ville active à Nîmes.

Vous êtes cordialement invités.

Le prochain journal parlementaire du député paraîtra, par ailleurs, le lundi 3 janvier.

Rose Da Costa et Jean-Claude Feybesse entourés d'Yvan Lachaud (à gauche) et de Julien Devèze (à droite)

Jeudi 4 novembre, la fédération Nouveau Centre du Gard tenait une conférence de presse pour présenter ses candidats nîmois aux journalistes.

Rose DA COSTA, Conseillère municipale à Nîmes, déléguée aux centres sociaux, partira donc sur le 3ème canton nîmois, accompagnée de Jean-Claude FEYBESSE, lui aussi conseiller municipal délégué aux festivités et aux traditions. Tous deux connaissent bien les quartiers populaires qui composent le canton par l’engagement associatif qui est le leur. Rose s’est en effet beaucoup investie dans l’action sociale, quand Jean-Claude est pour sa part très actif au niveau des associations culturelles et des comités de quartier.

Jacky Raymond entouré d'Yvan Lachaud (à droite) et de Thierry Procida (à gauche)

Sur le 4ème canton, c’est Jacky RAYMOND, Inspecteur d’académie honoraire, et Adjoint au Maire en charge de l’éducation qui représentera le Nouveau Centre. Si sa suppléante n’est pas encore désignée, il oeuvre déjà depuis plusieurs mois dans un secteur de la ville qu’il connait bien pour y avoir habité pendant des années. Son engagement associatif est également important puisqu’il préside l’association des pupilles de l’enseignement public.

Sur le 5ème canton de Nîmes, le Nouveau Centre n’a pas officiellement investi de candidat dans l’attente du résultat des négociations départementales avec nos partenaires de la majorité présidentielle.

Toujours sur un ton décalé, et sans se prendre au sérieux, Thierry PROCIDA, l’efficace Conseiller Général du deuxième canton de Nîmes, que l’on sait adepte de facebook, lance son blog aujourd’hui pour nous offrir une meilleure lisibilité de son action au service des nîmoises et des nîmois.

Thierry PROCIDA veut également profiter de l’espace d’expression que constitue un blog pour permettre à chacun de réagir sur ses thèmes de prédilection.

Le blog de Thierry PROCIDA, porte même le nom de « Moi, c’est vous! » pour souligner la volonté d’interactivité de sa démarche… qui pourrait aller selon lui, jusqu’à donner à un blog personnel « une véritable vocation participative »!

http://thierryprocida.blogs.midilibre.com

 

par Xavier GAUTRUCHE, Secrétaire Départemental du Nouveau Centre .

La réaction du Maire de Nîmes à l’annonce de l’installation d’une base de défense à Nîmes a de quoi surprendre.

 Monsieur FOURNIER a soutenu Nicolas SARKOZY qui dans son programme, a, toujours annoncé que les dépenses publiques devaient diminuer afin de ne pas augmenter les impôts de nos concitoyens.

 Une fois élu, le Président de la République et la Majorité Présidentielle, dont le Sénateur-Maire de Nîmes, jusqu’à nouvel ordre, fait toujours partie, ont décidé de mettre en place une révision générale des politiques publiques afin d’en réduire les coûts.

 Dans ce cadre, le redéploiement territorial de la défense a amené l’Etat-Major à proposer la fermeture de la base aéronavale de Nîmes-Garons. Le Président de la République, le Premier Ministre, et le Ministre de la défense ont pris alors cette décision, comme cela a été le cas pour les installations militaires de nombreuses villes de France, et tout près de chez nous à Montpellier.

 Cela ne fait plaisir à personne, mais on ne peut pas toujours demander au voisin de faire des efforts sans en faire soi-même. Telle est en effet notre éthique au Nouveau Centre, et nous pensons la partager avec tous ceux qui veulent réformer notre pays et lutter contre l’immobilisme.

 C’est une attitude constructive et prévoyante qui permet aujourd’hui à la la ville de Nîmes d’obtenir une base de défense et de la confirmer dans l’échiquier militaire français.

 C’est, nous en sommes persuadés, parce que nous ne pouvions pas, à la fois, nous arc-bouter sur la préservation de la Base aéronavale, après avoir sauvé la Cour d’appel de Nîmes, obtenu une université autonome et demandé une gare TGV que notre devoir était de négocier avec le gouvernement plutôt que de s’opposer de façon systématique.

 C’est l’attitude que soutiennent de nombreux français qui ne veulent pas que notre pays s’enfonce dans le conservatisme et l’immobilisme.

Vendredi 5 février, Christiane GRAS, Conseillère Municipale de la Ville de Nîmes déléguée au handicap, et Conseillère Communautaire de Nîmes-Métropole, a présenté aux adhérents du Nouveau Centre l’essentiel de son action.

Elle est ainsi revenu sur le parcours qui l’avait conduit de l’engagement associatif et militant à ce nouveau rôle que constitue la conduite d’une politique publique aussi cruciale que celle menée à l’égard  des personnes handicapées.

Il s’agit évidemment d’un travail énorme au quotidien, rempli, comme le soulignait le délégué départemental Julien DEVEZE, « avec une grande conscience professionnelle, une énorme envie de réussir, et tout simplement aussi, beaucoup de talent »… de commissions d’accessibilité en rencontre avec les associations. Christiane GRAS a su tisser des liens étroits avec ses dernières notamment à l’occasion de grands rendez-vous comme le Téléthon, ou encore les Ateliers du Handicap, instance de concertation municipale qu’elle a mis en place.

Jean-Claude FEYBESSE, l’instigateur de ce rendez-vous – rencontre entre élus et adhérents a pu également souligner toutes les qualités de notre amie Christiane et les succès que son travail quotidien lui permettent d’enregistrer pour faciliter l’insertion et la vie des personnes handicapées dans la cité.

Il a par ailleurs annoncé que le prochain rendez-vous sera consacré aux Nouvelles Technologies autour de Patricia FOURQUET, adjointe au Maire de Nîmes en charge de ces questions.

Hier, avec Mme BARBUSSE, et avec Monsieur PROUST, nous avons assisté, pendant le vote du budget au Conseil Général, , à un véritable « tour de magie » dont le prestidigitateur était Damien ALARY.

 Un budget départemental marqué par des changements de cap imposés par un calendrier électoral rappelé par son mentor Georges FRECHE.

 « un budget de la Ville de Nîmes qui se veut lui, tout ce qu’il y a de plus rigoureux, sérieux,  constant et cohérent »

C’est donc avec fierté qu’ici, au Conseil Municipal, je voterai, comme les élus du Groupe Nouveau Centre, un budget de la Ville de Nîmes qui se veut lui, tout ce qu’il y a de plus rigoureux, sérieux,  constant et cohérent.

 Fierté,  le mot peut vous paraître fort… et pourtant.

 Je tiens en effet à souligner la qualité du travail réalisé par Yvan LACHAUD et le service des Finances pour la gestion financière de la Ville. C’est au prix d’efforts permanents, depuis 2001, que nous pouvons aujourd’hui regarder l’avenir financier de notre ville avec sérénité. Et ce, malgré les turbulences que connaissent de nombreuses autres collectivités.

 Contrairement à d’autres, en effet, Nîmes dégage chaque année, un virement de la section de fonctionnement vers la section d’investissement de plus en plus important. C’est tout le symbole de cette bonne gestion.

 Contrairement à d’autres, le coût de notre collectivité pour le contribuable est, chaque année, moins cher, et nous permet de favoriser les investissements sur l’avenir ; les équipements au service de nos concitoyens.

 Notre capacité d’autofinancement augmente elle aussi, ce qui nous permet de désendetter fortement notre ville. (-27.35% depuis 2001 soit 80.5 millions d’€)

 Tout cela se fait avec des choix raisonnés, des engagements d’économie sur le long terme, sans coupe sombre pour certains secteurs, car les subventions aux associations restent en augmentation de 7%. Nous maîtrisons en fait, nos dépenses de personnel et nos frais de gestion, et avons fait baisser nos frais financier de 15,77% cette année : tout cela n’impacte pas les nîmois.

 C’était notre engagement en 2001, il a été reconduit en 2008, la majorité municipale fera revivre Nîmes sans que cela coûte plus cher aux nîmois ! Pas de hausse d’impôts pour le neuvième exercice budgétaire consécutif.

 « des budgets cohérents et marqués par une vision à moyen et long termes vaudront toujours mieux que des budgets « offensifs » de dernière minute »

C’est bien la preuve que l’on peut investir fortement en toute sérénité. +11,7% cette année pour des projets structurants comme les écoles des Platanettes, Henri Wallon, ou encore le projet AEF et Jean Jaurès.

 C’est bien la preuve que des budgets cohérents et marqués par une vision à moyen et long termes vaudront toujours mieux que des budgets « offensifs » de dernière minute.

YVAN LACHAUD REPAS ENTREPRISES ET LA CRISE 18 MAI 09 001Lundi 18 Mai 2009 la fédération du Gard à organisé par l’intermédiaire de son secrétaire départemental xavier Gautruche et Pierre Luc Petit Delcleve directeur de la CAPEB Gard un diner débat autour d Yvan LACHAUD et Julien DEVEZE  sur le thème les entreprises face à la crise.

 Plus de 50 Chefs d’entreprises ont répondu présents, cette soirée s’est déroulée dans une ambiance conviviale et sérieuse autour d’un excellent diner.

 Le duo Yvan LACHAUD et Julien DEVEZE à fait l’unanimité des participants,  par leur réponses justes et l’intérêt qu’ils ont su porter aux entrepreneurs,  lesquels sont tous demandeur d’un nouveau diner débat avec Yvan Lachaud et à parrainer de nouveaux chefs d’entreprises.

 Xavier Gautruche

Secrétaire départemental

Fédération du Gard

Vendredi soir 23 janvier 2009, la foule se pressait dans les salons de l’hôtel Holiday Inn à Nîmes pour la cérémonie des vœux d’Yvan LACHAUD, député Nouveau Centre de la première circonscription du Gard, et de sa suppléante, Hélène ALLIEZ-YANNICOPOULOS – de nombreux maires, et élus du département ; des représentants de l’UMP, notamment nîmois ; des responsables du monde de l’économie, de la culture et des associations ; des centaines de militants ou sympathisants du Nouveau Centre.

 

Les invité(e)s ont été accueilli(e)s à la fois par le Quintet Jazz Band d’Alain Rattier et des Camarguais(es) dans leurs magnifiques costumes traditionnels. Un accueil aussi agréable que chaleureux.

  

C’est avec beaucoup d’attention et d’intérêt qu’ils ont écouté les propos d’un Yvan LACHAUD serein et en pleine forme. Nos concitoyens sourds et malentendants en ont également bénéficié, grâce à la traduction simultanée en langue des signes.

 

Il a procédé à une rétrospective très claire des grandes réformes nationales de 2008 et des lignes de force de son action de parlementaire.

 

Puis il a tracé, avec un optimisme aussi affirmé que nuancé, les perspectives 2009 dans le contexte de crise financière, économique et sociale que nous connaissons – il a en particulier souligné le comportement inacceptable de l’entreprise Roux (BTP) vis-à-vis de ses salariés ; il a aussi mis en évidence les enjeux majeurs des élections européennes du printemps 2009.

 

Il a enfin récompensé quatre personnes qui se sont distinguées pour leur engagement et la qualité de leur action, les trois premières dans le champ social, la quatrième en sa qualité de président des Jeunes Européens du Gard.

 

 La soirée s’est poursuivie autour des buffets préparés par les militants du Nouveau Centre, sur les airs du Quintet Jazz Band… lesquels n’ont nullement gêné les multiples échanges et conversations de gens heureux de se rencontrer.

 

Jacky RAYMOND

Depuis une année et demie, l’école de « La Gazelle » à Nîmes coordonne un projet européen, dans le cadre d’un programme Comenius, avec des écoles d’Angleterre, de Hongrie et d’Italie.

 

 

Ce projet multilatéral répond à un quadruple objectif :

 

scientifique – Il est fondamental, compte tenu des déficits constatés de l’école à l’université, de rendre les élèves acteurs du développement des sciences et des technologies, de constituer une culture européenne commune à tous, de les aider à prendre conscience des grandes problématiques environnementales et à devenir des écocitoyens pleinement responsables de leurs comportements.

 

linguistique – Il est tout aussi indispensable, à l’heure de la communication planétaire, d’aider les élèves à s’approprier des compétences linguistiques et langagières, de conduire chacun d’eux au niveau A1 du cadre européen commun de référence pour les langues, afin qu’ils puissent comprendre des énoncés oraux simples et communiquer, en anglais, avec des élèves anglophones, qu’ils puissent produire des documents scientifiques partageables par tous.

 

informatique – Il importe, dans un univers globalisé de communication immédiate et de technologies de pointe, que l’école du XXI° siècle gagne la bataille des technologies numériques, qu’elle permette aux jeunes Français d’utiliser des supports numériques diversifiés et de se doter de savoir-faire essentiels dans la société d’aujourd’hui et de demain.

 

                                 culturel – Cette action a également pour visée majeure d’amener les élèves à  s’ouvrir aux autres, à s’enrichir de leurs différences, à élargir leur horizon culturel, à partir de leurs propres racines et traditions, à mener ensemble des activités qui les amènent à partager des valeurs humanistes et une éthique en matière d’environnement et de développement durable.

 

 

Une telle opération partenariale est à la fois :

 

innovante, par les démarches d’investigation mises en œuvre, au cœur du défi scientifique entre les élèves des écoles concernées – fabriquer un engin construit avec des éléments recyclés de son propre pays, qui se déplace en utilisant uniquement des énergies renouvelables ;

 

moderne, par la place centrale qu’il accorde aux outils informatiques, au sein de classes numériques, dans le but de sensibiliser les élèves à un usage ordinaire de ces derniers dans des situations multiples d’échanges, d’expérimentation, de discussion, de coopération, de production ;

 

responsable, par la volonté déterminée d’amener les élèves à comprendre la science comme un domaine indispensable à une évolution maîtrisée et positive de la planète, d’abord soucieuse des hommes et de leur environnement, à explorer, par le biais de problématiques scientifiques, la notion de citoyenneté européenne ;

fédérateur, par l’apprentissage partagé d’une langue commune – l’anglais – et la construction d’un vocabulaire scientifique commun, par la capacité progressive de communiquer et de produire ensemble.

 

 

Durant la semaine du 19 au 23 janvier 2009, l’école de « La Gazelle » a reçu quatorze enseignants hongrois et italiens pour un séminaire d’échanges sur les pratiques pédagogiques dans le domaine des sciences et de mutualisation de documents, de supports, de démarches scientifiques. Les enseignants hongrois (deux écoles), italiens (une école) et français se sont entretenus en anglais… parfois avec l’aide de collègues polyglottes.

 

Deux autres séminaires auront lieu en 2009, l’un en Hongrie au printemps, l’autre en Italie, dans le Basilicate, à l’automne.

 

Ces rencontres sont d’autant plus symboliques – au-delà de leur dimension fonctionnelle – qu’elles réunissent trois nations de l’Union européenne, dont deux des six pays fondateurs, signataires des traités de Rome le 25 mars 1957, la troisième de ces nations, au passé historique prestigieux, ayant rejoint l’Union le 1er mai 2004 et intégré l’espace Schengen en décembre 2007.

Et elles se déroulent durant une année particulière pour l’Europe, celle des élections européennes.

 

Une bien belle manière de contribuer à de nouvelles avancées pour l’Europe, dans un domaine aussi essentiel que celui de l’éducation.

 

Jacky RAYMOND

juillet 2018
L M M J V S D
« Nov    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

RSS Le Nouveau Centre

  • Comment détecter les faux profils coquins
    Arnaques sur les sites de rencontre Les faux profils coquins existent sur tous les sites de rencontre qui existent en ce moment sur toute l’Europe. Il faut toujours rester vigilant, sans toutefois dramatiser. Le plus important, c’est que vous soyez conscient du phénomène et que vous mettiez dans un coin de la tête l’éventualité d’avoir Read More → […]

RSS Yvan LACHAUD

  • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.

Adhérer en ligne

Publicités