You are currently browsing the category archive for the ‘Débats’ category.

La déclaration de François Hollande relative à la « liberté de conscience » au congrès des maires de France est stupéfiante. Comment un Président de la République, garant du respect de la loi et de sa bonne application, peut-il reconnaître à des maires, eux-mêmes responsables de l’exécution des lois, cette « liberté de conscience » à celles et ceux d’entre eux qui refuseraient de célébrer le mariage entre homosexuel(le)s !

Le bon fonctionnement d’un Etat démocratique implique, entre autres composantes fondamentales, l’autorité de la loi. C’est l’une des caractéristiques majeures des Etats modernes, qui a engendré des règles et des modèles de comportements essentiels au « vivre ensemble ». Composer avec l’autorité de la loi, c’est peu ou prou affaiblir notre institution républicaine, en particulier sur un sujet de société de cette importance. Que ce soit le premier personnage de l’Etat qui s’engage dans un tel processus est très inquiétant.

Ou ce que d’aucuns considèrent être une « concession symbolique » constitue un aveu de faiblesse, préoccupant dans une société en perte de repères, qui a besoin de retrouver de solides références, ou il s’agit de l’aveu implicite d’un débat tronqué qui se solde par une mauvaise loi, de facto difficilement applicable. Dans les deux cas, une telle prise de position est grave car elle ouvre la porte à toutes les concessions et elle contribue à l’affaiblissement d’un principe républicain essentiel, celui de l’autorité de la loi.

Nîmes, le 21.11.2012

Jacky RAYMOND

Publicités

Mercredi 19 octobre à 19h, au café des Trois Maures à Nîmes, les Jeunes Centristes organisaient leur deuxième « café-débat » dont le concept repose sur la (cordiale) confrontation de deux intervenants de partis politiques différents.

Le thème abordé hier soir par les Jeunes Centristes du Languedoc-Roussillon interrogeaient, devant une centaine de personnes, Julien DEVEZE (Secrétaire national du Nouveau Centre en charge des institutions) et Nicolas CADENE (n°2 du PS Gardois) sur la nécessité d’une éventuelle 6ème république ? 

Accueillis par Eline ENRIQUEZ-BOUZANQUET et Corentin CARPENTIER, les deux intervenants ont préalablement dressé le constat d’une République en mal de démocratie.

Julien DEVEZE estimant que nos institutions n’étaient pas satisfaisantes du point de vue du « principe » dans la mesure où elles privaient de représentation, ou sous-représentaient, plus d’un tiers des français qui ne votent pas pour l’UMP ou le PS. Par ailleurs, au delà des principes, le scrutin majoritaire instauré pour son « efficacité politique » ne remplit aujourd’hui plus son objectif, compte tenu de la difficulté pour notre pays à se réformer. « Le système actuel met en exergue les oppositions des uns et des autres quand elles devraient au contraire favoriser nos points d’accord » a déclaré Julien DEVEZE illustrant son propos par les exemples de la réforme des retraites, de la règle d’or, ou de la taxe carbone, « pourtant consensuelles dans les partis, qui n’a trouvé à l’Assemblée que des opposants« .

Un consensus favorable à  une dose de proportionnelle

Pour éviter ce genre de comportements, il préconise d’assumer enfin la nature présidentielle de nos institutions en séparant strictement les pouvoirs de l’exécutif et du législatif. Un législatif qui deviendrait véritablement représentatif de la diversité politique française, où une large place pourrait alors être laissée à la proportionnelle, et où des majorités d’idées pourraient enfin émerger. « Plutôt que le nombre de manifestants, les médias, ou les sondages, le parlement redeviendrait le véritable arbitre de la politique de l’exécutif. »

Nicolas CADENE estime pour sa part : « plus que les institutions, ce sont les pratiques qu’il faut changer« . Et de stigmatiser « un air vicié au sommet de l’Etat. Vicié par les affaires. » Pour assainir cet air, le PS préconise de mettre un terme au cumul des mandats, d’accroître le pouvoir de contrôle du parlement sur les nominations de l’exécutif, de faciliter la mise en place de commissions d’enquête parlementaire. Il est également favorable à l’introduction d’une « dose de proportionnelle » visant à garantir la présence de tous les partis à l’Assemblée.

Enfin, le député Yvan LACHAUD a conclu ce débat en rappelant  tout de même que le parlement depuis la réforme constitutionnelle de 2008 avait retrouvé des pouvoirs de contrôle, et que quand les députés conservaient leur liberté :  « Prenez l’exemple de ma proposition de loi sur les phtalates et les parabènes. Elle a été voté malgré le refus initial du gouvernement. »  Il estime cependant nécessaire que la proportionnelle trouve une place dans l’élection des députés « afin de représenter tous nos concitoyens, car il est anormal de priver de parole un grand nombre d’entre eux. »

Suite à la conférence de presse de la Ligue des Droits de l’Homme relativisant l’augmentation de la délinquance des mineurs, Thierry PROCIDA, Conseiller Général du canton de Nîmes II, et candidat aux prochaines élections législatives sur la 6ème circonscription s’interroge :

 « Ces personnes vivent-elles dans notre région ? Il suffit d’être au contact de nos concitoyens pour s’apercevoir que les gens sont excédés, et qu’il y a un réel sentiment d’impunité pour tous ces gamins qui commettent délits sur délits.

 Le député Yvan LACHAUD a eu raison de se pencher sur le sujet, et a proposé des solutions équilibrées, réalistes, et applicables qui permettront de retrouver une justice des mineurs plus rapide, plus efficace, et plus lisible. Ce qu’elle n’est pas en ce moment.

 La réponse pénale est certes de 92%, mais la réponse pénale ne peut pas se contenter d’être un avertissement et un rappel à la loi, ce qu’elle est dans la plupart des cas, et dont les jeunes délinquants se moquent absolument ! »

Julien DEVEZE, délégué départemental du Nouveau Centre, regrette la réaction du PS parue ce jour dans Midi-Libre. Il l’estime en effet, « purement politicienne », alors que le député du Gard évoque « un sujet de préoccupation important de nos concitoyens », et « pose les bonnes questions sur la recrudescence de la délinquance des mineurs. »

Quand Nicolas CADENE évoque les propositions de Ségolène ROYAL en 2007, il constate « à regrets » que « ce sont ses propres « amis » socialistes qui l’ont conduit à renoncer à des idées, intéressantes, mais qui méritent d’être approfondies, étudiées, et budgétées pour être acceptées et comprises. » « Je sais par ailleurs qu’Yvan LACHAUD souhaite interroger Ségolène ROYAL sur le sujet. »

« La démarche d’Yvan LACHAUD se veut consensuelle et rassembleuse, et c’est pourquoi il auditionne de nombreux acteurs de la justice et des forces de l’ordre. Des associations de victimes, à la Protection Judiciaire de la Jeunesse, en passant par les syndicats de la police, de la magistrature, les pédo-psychiatres  et les avocats. »

Quant au thème de la prévention, « qu’Yvan LACHAUD connaît bien, pour être lui-même un éducateur », il ne s’agit pas d’un oubli, mais bien d’un autre aspect du problème qui est abordé par son collègue Jean-Marie BOCKEL.

Il estime dès lors que la polémique que voudrait lancer le PS sur le sujet est vaine et basée sur une mauvaise foi certaine. « Nicolas CADENE manie les chiffres de manière hasardeuse : le gouvernement a toujours épargné le budget de la justice dans le cadre de la RGPP que tous les acteurs politiques responsables savent nécessaire. Quant à l’action de la Ville en matière de sécurité, elle a plus que doublé les effectifs de la police municipale. » Même si « le thème de l’autorité de l’Etat vis-à-vis des mineurs n’est pas qu’une question de moyens, il faut aussi de l’imagination et savoir briser certains tabous qui coûtent cher à notre société. »

« On ne peut que se féliciter des déclarations du Président de la République hier soir qui a d’ores et déjà annoncé son intention de prendre  des mesures pour mieux adapter les sanctions à l’égard des mineurs délinquants. » Dans la droite ligne de la lettre de mission qu’il a confiée à Yvan LACHAUD.

Les députés examinaient cette nuit la proposition de loi de Jean-Luc WARSMANN et Charles de la VERPILLERE portant simplification de dispositions du code électoral et relative à la transparence financière de la vie politique. L’Assemblée Nationale a cependant, malgré des avancées importantes, manqué l’occasion de démontrer sa volonté d’exemplarité des représentants de la nation.

 Si le Nouveau Centre se réjouit de certaines dispositions prises par la proposition de loi qui vont dans le sens d’une plus grande moralisation de la vie politique en améliorant les procédures de transparence du patrimoine des députés, on ne peut que regretter, à l’instar de François SAUVADET, Président du groupe Nouveau Centre à l’Assemblée, « le signal envoyé à nos compatriotes ».

 Ainsi, en refusant « d’incriminer » une fausse déclaration de patrimoine, on laisse penser que les députés ont voulu se soustraire aux sanctions légitimes qui devraient frapper un élu de la République. Le groupe Nouveau Centre interrogera donc le Premier Ministre François FILLON lors des questions au Gouvernement pour connaître sa position sur les sanctions aux députés fraudeurs.

 Par ailleurs, le Nouveau Centre regrette également le rejet de l’amendement relatif à l’incompatibilité d’exercer un mandat de député tout en conservant la fonction d’avocat-conseil. Cet amendement allait en effet dans le sens des propos qu’Hervé MORIN avait tenu sur les conflits d’intérêts entre le monde politique et celui des affaires.

 Notre démocratie a grandement besoin d’exemplarité, comme elle a besoin de connaître une profonde refondation qui lui permettra de mieux équilibrer ses pouvoirs. Le Nouveau Centre continuera donc de défendre toutes les démarches qui seront susceptibles de contribuer au nécessaire rapprochement des citoyens de leurs élus.

 C’est le sens, en revanche, de l’adoption d’un amendement dont nous nous félicitons qui permettra aux jeunes de se présenter aux élections législatives dès l’âge de 18 ans. Nous félicitons Maxime VERNER, Délégué national des Jeunes Centristes qui en est à l’origine pour sa pugnacité et sa capacité à sensibiliser de nombreux élus de tous bords à cette cause.

 Une fois de plus, le Nouveau Centre illustre sa volonté et sa capacité à faire entendre la voix des jeunes et à renouveler la vie politique française.

Julien Deveze représentait le Nouveau Centre dans le cadre du débat organisé par « Divergences FM » sur le centrisme, le lundi 13 décembre dernier.

Diffusé en direct de 12h30 à 14h, la radio libre montpelliéraine a consacré une heure et demie à cette question politique en invitant pour le Modem, Michel ASLANIAN, le député de Lodève, Robert LECOU pour les radicaux,  le député-maire de Castelnau, Jean-Pierre GRAND pour les villepinistes, et donc Julien DEVEZE pour le Nouveau Centre.

Nous vous proposons de retrouver l’intégralité de l’émission sur ce podcast.

Bonne écoute, et n’hésitez pas à réagir.

Lundi 8 novembre avait lieu au Murphy’s, rue Maubet à Nîmes, le premier café-débat des Jeunes Centristes Languedoc-Roussillon.

Le thème choisi était d’actualité puisqu’il nous interrogeait sur la réalité du service minimum et son impact sur les mouvements sociaux.  Pour y répondre, Jacky RAYMOND, Adjoint au Maire de Nîmes délégué à l’éducation, qui a notamment mis en place le service minimum d’accueil dans les écoles de la ville; Jean-Baptiste CLERC, Directeur Général des Services de St Hilaire de Brethmas, qui est venu apporter un éclairage technique sur les difficultés de mise en oeuvre de la loi; et enfin, Jérôme PUECH, ancien Adjoint au Maire de Nîmes délégué à la Jeunesse sous le mandat du député-maire communiste Alain CLARY, venait apporter la contradiction démocratique à Corentin CARPENTIER et Nicolas CAEN-DUPLISSY qui animaient au nom des Jeunes Centristes le débat.

Un bel exemple de démocratie qui fait du Nouveau Centre un espace d’expression assumé et revendiqué pour tous ceux qui souhaitent débattre avec objectivité de l’intérêt de la France, et tenter de trouver un consensus et améliorer certaines pratiques.

Ainsi, les participants qui ont pu poser de nombreuses questions auront pu apprendre que :

– le service minimum d’accueil s’est révélé efficace dans les villes où il a pu etre mis en place.
– Qu’il permet aux parents de ne pas être bloqués avec leurs enfants et de pouvoir tout de même aller travailler.
– Nous avons relevé le problème de l’absence de certains détails dans le texte de loi tel: le nombre minimum de personnel encadrant par enfant, le contrôle des dossiers médicaux pour les cantines, et le déchargement d’une mission d’État sur les collectivités.
– Certaines villes comme Nîmes ont pallié ces manques en créant un règlement propre à la municipalité se greffant à la loi…
– Constat de la difficulté d’application du service minimum pour les travailleurs se déclarant gréviste 48h avant qui ne permet pas toujours de pouvoir trouver quelqu’un en remplacement.
– Possibilité pour le gréviste de ne plus se déclarer gréviste qui peut entrainer certains dysfonctionnement au dernier moment.

Jacky RAYMOND a par ailleurs pu rappeler son attachement au respect de la loi républicaine et a fustigé l’attitude de certains responsables politiques qui parlent occasionnellement de « désobéissance civique ». Deux termes irréconciliables dans une démocratie comme l’est la France pour le Président-délégué du Nouveau Centre du Gard.

Retrouvez les jeunes centristes du Languedoc-Roussillon sur leur blog!

Le planning des prochaines semaines sera chargé pour les centristes du Languedoc-Roussillon:

– Vendredi 5 novembre à 19h, dans le cadre de l’apéritif hebdomadaire, à la permanence de Nîmes, Hélène ALLIEZ-YANNICOPOULOS, nous présentera l’actualité de sa délégation, et en particulier les grandes lignes des résultats de la thermographie aérienne.

– Lundi 8 à 19h, les Jeunes Centristes organisent à Nîmes un café-débat sur le thème « Le Service Minimum: Mythe ou réalité? », en présence notamment de Jacky RAYMOND, Adjoint au Maire de Nîmes en charge de l’éducation, qui pourra nous faire partager son expérience sur l’application de l’accueil des enfants dans les écoles. Rendez-vous donc au Murphy’s, rue Maubet.

– Vendredi 19 à 18h, à Lamalou, le Nouveau Centre  Hérault organise un débat thématique sur la santé la Ville, dans le cadre de la préparation de la convention thématique du 13 décembre prochain qui aura lieu à Paris sur la Santé. Notre fédération voisine avait déjà contribué à la convention sur l’Europe, avec une excellente réunio sur les politiques européennes du tourisme, à Agde. Cette réunion sera animée par Catherine CECCHI, cadre de santé, et par le Maire de Lamalou-les-Bains, Marcel ROQUES.

– Enfin, toujours dans le cadre de ces conventions thématiques, la fédération du Gard, organise le lundi 29 novembre à 20h, un dîner-débat sur l’avenir de notre système de santé, à la Brasserie du Printemps, Boulevard Amiral Courbet, en présence notamment du député Yvan LACHAUD.

A noter également dans vos agendas les grandes conventions thématiques organisées à Paris pour préparer le projet centriste à la présidentielle: le 15 novembre, « Egalité des droits ou équilibre des Chances? » et le 13 décembre, sur la thématique Santé.

Le groupe Nouveau Centre  se félicite de l’adoption par le Sénat d’un amendement centriste prévoyant en 2013 de réfléchir à une réforme systémique dite retraite par points.

« C’est une très grande avancée que nous demandons depuis des années avec le Nouveau Centre. Nous devons désormais engager les discussions pour aller vers une simplification de notre système de retraite avec mise en extinction des régimes spéciaux. Une telle réforme demande du temps, une phase transitoire longue, c’est pourquoi il est urgent de l’engager. Une réforme systémique, c’est ensemble, avec tous les acteurs que nous la réussirons. », rappelle les députés NC.

Le groupe Nouveau Centre souhaite la mise en place d’une réforme systémique avec des taux de cotisation, des durées de cotisation et des prestations identiques. Ainsi, ce régime unique impliquera la mise en extinction des régimes spéciaux. Il permettra la liberté de choix de départ en retraite, mais surtout l’équilibre financier puisque les partenaires sociaux définiront chaque année la valeur d’achat et de liquidation du point Ce régime par points devra être géré par les partenaires sociaux.

Par ailleurs, Yvan LACHAUD, député du Gard, et Président de notre fédération départementale avait également appelé les députés à un devoir d’exemplarité et plaidé pour un alignement du régime des parlementaires sur le régime général, soutenu en cela par l’ensemble du groupe dont notamment, Charles de Courson, Philippe Vigier, et Thierry Benoit.

Nous nous félicitons par conséquent de voir, une fois de plus, la cohérence et le choix de la responsabilité l’emporter sur la démagogie et la mauvaise foi dans cette réforme essentielle.  Il s’agit en tout cas d’un test essentiel sur la viabilité à brève échéance de nos institutions.

Notre délégué départemental ,  Julien DEVEZE, a été désigné mercredi 13 octobre par le Comité Exécutif du Nouveau Centre, Secrétaire National en charge des questions institutionnelles.

 Chargé de préparer le projet du mouvement en juillet 2009, en tant que Chef de file pour les élections régionales en Languedoc-Roussillon en mars dernier, Hervé MORIN lui confie, dans l’optique du projet centriste pour 2012, une mission sur des sujets sensibles comme le cumul des mandats, la prévention des conflits d’intérêts ou encore la réflexion sur le ré-équilibrage des pouvoirs.

 Le rapport que le jeune gardois de 33 ans, diplômé de Sciences-Po Aix en 2001, a remis sur la question du cumul des mandats, sera par ailleurs remis dans les prochains jours comme réponse officielle du Nouveau Centre à la délégation du Sénat sur les collectivités territoriales et la décentralisation.

 En confiant ce Secrétariat national à un de ses jeunes cadres, le parti centriste continue, après avoir fait émerger de jeunes candidatures aux européennes (Damien ABAD), et aux régionales (Annabelle BRUNET pour la région Languedoc-Roussillon), de manifester sa volonté de rajeunissement de la classe politique.

décembre 2018
L M M J V S D
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

RSS Le Nouveau Centre

  • Comment détecter les faux profils coquins
    Arnaques sur les sites de rencontre Les faux profils coquins existent sur tous les sites de rencontre qui existent en ce moment sur toute l’Europe. Il faut toujours rester vigilant, sans toutefois dramatiser. Le plus important, c’est que vous soyez conscient du phénomène et que vous mettiez dans un coin de la tête l’éventualité d’avoir Read More → […]

RSS Yvan LACHAUD

  • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.

Adhérer en ligne

Publicités