You are currently browsing the category archive for the ‘Actualités’ category.

 On ne peut que se réjouir de l’adoption, la nuit dernière lors de l’examen du Grenelle II, d’un amendement Nouveau Centre visant à inscrire dans le cadre de la loi la notion de précarité énergétique.

Désormais, « Est en précarité énergétique au titre de la présente loi, une personne qui éprouve dans son logement des difficultés particulières à disposer de la fourniture d’énergie nécessaire à la satisfaction de ses besoins élémentaires en raison notamment de l’inadaptation de ses ressources ou de ses conditions d’habitat ».

Pour le Nouveau Centre, il était indispensable d’intégrer au Grenelle de l’environnement, une dimension sociale fondamentale en définissant ce qu’est la précarité énergétique afin qu’elle soit prise en compte effectivement dans les politiques publiques.

En reprenant l’idée portée par la Fondation Abbé Pierre depuis le début des travaux du Grenelle de l’environnement, le groupe Nouveau Centre rappelle que justice sociale et équité doivent accompagner toutes les réformes menées. Si les dispositifs existants (tarifs sociaux, aides à la cuve, fonds de Solidarité Logement) apportent une aide effective aux ménages, ils rencontrent encore certaines limites et ne s’attaquent pas aux sources du problème : l’amélioration de la performance énergétique. Le présent amendement permet ainsi d’aller plus loin en définissant enfin dans la loi, la notion de précarité énergétique.

Publicités

Par Jacky RAYMOND, Secrétaire National Adjoint en charge de l’Education et du Projet. Président-délégué du NC-GARD

 

L’évaluation des élèves de CM2 vient de se dérouler dans toute la France, durant la semaine du 19 au 23 janvier, dans les domaines du français et des mathématiques. Une opération similaire aura lieu pour les élèves de CE1 du 25 au 30 mai 2009.

 

Ces deux niveaux constituent en effet des moments clefs dans le parcours scolaire des écoliers :

– le CM2, parce qu’il ouvre la porte du collège et qu’il nécessite, au regard de fragilités repérées et analysées, des réponses pédagogiques adaptées ;

– le CE1, parce qu’il permet, à l’issue du cycle 2 de l’école (passation fin mai), d’établir des constats individualisés, de poser des diagnostics fiables, en vue d’organiser les situations d’apprentissage et les soutiens appropriés aux besoins réels des élèves.

 

Aussi la polémique qui fait rage dans certaines écoles ne manque t-elle pas de surprendre. Et le refus d’enseignants de procéder à cette mesure des connaissances de leurs élèves dans deux secteurs déterminants pour l’ensemble des apprentissages ne laisse pas d’être choquant. Il l’est d’autant plus dans les écoles où des parents d’élèves manifestent contre l’évaluation et s’opposent à la passation des épreuves, arguant de l’impossibilité de mesurer des connaissances alors que « tout le programme n’a pas été fait », propos tenus par quelques représentants des enseignants ! Ou bien ces derniers méconnaissent le sens de cette évaluation – ce qui est inquiétant – ou bien ils déforment à dessein et caricaturent pour des raisons non avouables – ce qui est tout aussi préoccupant.

 

L’évaluation des élèves de CM2 a une double finalité :

– Fournir aux enseignants des données fiables sur les acquis et les déficits de leurs élèves afin de mettre en place les stratégies pédagogiques adaptées et l’accompagnement éducatif dont peuvent avoir besoin les plus fragiles.

– Favoriser le dialogue avec les parents, leur permettre de suivre, voire d’accompagner eux aussi, les progrès de leurs enfants, les aider à jouer au mieux leur rôle éducatif.

 

Comment réussir son parcours d’élève, dans l’enseignement primaire d’abord, dans l’enseignement secondaire ensuite, sans une solide formation de base à l’école ?

Or, le constat est malheureusement récurrent : trop d’élèves – les pourcentages varient selon les sources – entrent au collège sans maîtriser les savoirs fondamentaux, tels que les précisent les programmes de l’école primaire, et se trouvent ainsi rapidement mis en situation d’échec. Ce qui est inacceptable, d’abord pour les élèves eux-mêmes, de fait « exclus » du système scolaire et en grand danger personnel et social, ensuite pour l’institution, elle-même en échec, et pour la société, privée d’un inestimable potentiel humain.

 

L’évaluation est, de ce point de vue, un formidable levier pour faire évoluer les pratiques professionnelles, les rendre plus efficaces et contribuer ainsi à une organisation scolaire qui respecte les élèves et leur offre les meilleures chances de réussite.

par Yvan LACHAUD, Secrétaire Général du Nouveau Centre, Président de la Fédération NC du Gard, Député du Gard,

hope« C’est un formidable vent de changement qui vient de balayer l’Amérique avec l’élection à la Maison Blanche de Barack Obama. A un moment difficile de l’histoire de ce grand pays, nos amis américains ont fait confiance à un homme jeune, au parcours atypique, et ont ainsi démontré aux yeux du monde leur formidable capacité à se renouveler, à retrouver une dynamique.

Beaucoup d’espoir sont placés en cet homme, et la tâche sera rude pour lui. Nul doute qu’il ne changera pas tout en un seul jour; mais nul doute également qu’il incarne de nombreux symboles: celui de l’accession d’un afro-américain à la charge suprême; celui également d’un nouveau type de rêve américain, peut-être moins matérialiste, en tout cas plus solidaire.

Il sera également très attendu sur la scène internationale. Il devra faire revenir les Etats-Unis vers des relations avec ses partenaires plus équilibrées, que ce soit au Moyen Orient, mais également sur le plan environnemental, pour lequel je l’espère, il pèsera de tout son poids dans la balance, malgré le contexte économique difficile, pour convaincre un congrès toujours trop frileux en la matière.

Il est aussi un signe fort pour l’Europe. Barack Obama deviendra officiellement le 44ème président des Etats-Unis quand la France laissera la Présidence de l’Union Européenne à la République Tchèque, dont le gouvernement n’est, pour le moins, que très peu engagé sur la scène européenne. Ces deux éléments concomittents mettront sans doute en lumière, la nécessité pour l’Europe de se doter d’une vraie lisibilité politique. Nicolas Sarkozy est en train de réaliser une grande présidence européenne car il dispose de cette lisibilité. Malgré la confiance que Barack Obama nous inspire, il serait dommage de laisser l’Europe sans voix sur le plan international, et de laisser ce jeune président sans partenaire européen crédible, au moment où nous avons l’occasion unique de changer l’ordre mondial vers plus de justice, et plus d’équité.

par Julien DEVEZE, Délégué départemental NC Gard

obamaccainBien des choses ont été dites sur l’élection de Barack OBAMA. Le futur Président des Etats-Unis incarne un certain nombre de symboles qui ne peuvent que soulever l’enthousiasme, ou pour les plus sceptiques, un espoir.

Au delà de ce véritable engouement, je souhaiterais simplement attirer l’attention sur l’attitude de John Mac Cain au soir de sa défaite. On parle de fair-play, d’élégance… ces termes là sont ceux qu’on donne aux vaincus, et certes oui, le « Mac is not back ». Mais je crois qu’il serait trop restrictif de ne voir dans le discours du candidat républicain qu’une geste de gentleman.

Americans never quit…

C’est aussi une volonté de ne pas démissionner. Une volonté de faire son maximum pour son pays. Une volonté de ne pas diviser le pays en deux parties antagonistes. Une volonté de rassemblement, qui ressemble à celle de Nicolas SARKOZY après son élection.

Dès lors le paralèlle avec la France est cruel pour notre classe politique engoncée dans ses strates partisanes. Vous aurez saisi la différence: aux Etats-Unis, c’est le battu ne l’est que pour lui même (John Mc Cain a assumé personnellement sa défaite), et refuse d’entraîner son pays dans la politique du pire.

En France, on préfère « savoir pour qui ne pas voter » ou « rassembler ses forces », enfin sa minorité en lui promettant des jours meilleurs, plutôt que de chercher à faire valoir ses idées et proposer son aide à celui qui aura la lourde tâche de gouverner.

John Mac Cain, en reconnaissant les « capacités exceptionnelles » de Barack Obama, en étant « profondément touché par l’espoir qu’il [Obama] a inspiré auprès de gens qui ne croyaient pas pouvoir participer à la destinée de leur pays » a, pour sa part, montré que, non seulement, il avait le devoir de représenter et faire vivre les millions de voix qui se sont portées sur sa candidature, mais, au delà, que l’on pouvait gouverner sans être au pouvoir, et que la responsabilité des prochaines années n’incombait pas qu’au vainqueur mais à toute la classe politique.

Hier soir les américains ont sans doute gagné un futur grand chef d’Etat, ils ont en tout cas fait la preuve de leur dignité et de leur sagesse.

Hélène ALLIEZ-YANNICOPOULOS

Hélène ALLIEZ-YANNICOPOULOS

par Hélène ALLIEZ-YANNICOPOULOS,Secrétaire Nationale Adjointe à l’Environnement, Vice-Présidente de la Fédération NC du Gard.
Comme beaucoup d’entre nous, je me réjouis en bien des points de la victoire de Barack OBAMA à l’élection présidentielle américaine. Au-delà des symboles, le changement qu’il promet est attendu dans bien des domaines : économique, social, culturel, en particulier aux Etats-Unis ; mais également partout dans le monde, dans les domaines de la politique étrangère, et dans celui de l’environnement.

C’est, bien entendu, sur ce dernier point, que je tenais à réagir. Non seulement, il est un des enjeux majeurs de notre monde, mais il est aussi, celui sur lequel le CHANGEMENT sera certainement le plus tangible dans la politique américaine.

Dès le lendemain de son élection face à Al GORE, que l’on connaît pour son engagement écologique, George W. BUSH, prit le monde à contre-pied en refusant de ratifier les accords de KYOTO sur les gaz à effet de serre responsables du réchauffement climatique, et décida qu’il fallait opposer l’intérêt de l’économie américaine à celui de la planète dans sa lutte contre le « Global Warming ».

Une philosophie dévastatrice, qui n’a d’ailleurs pas empêché les Etats-Unis de connaître une crise économique comparable à celle de 1929. Une philosophie à l’opposée de celle développée dans le programme environnemental et énergétique de Barack OBAMA.

Le prochain Président des Etats-Unis développe dans son programme la volonté de concilier environnement et économie : la base même de ce qu’est le développement durable.

Il a, contrairement à son prédécesseur, une conscience aigue des dangers qui nous attendent si nous n’agissons pas. Et promet des mesures en conséquences :
– réduire les émissions de gaz à effet de serre à 80% du niveau de 1990 d’ici à 2050.
– Etablissement immédiat d’un seuil annuel de production de ces gaz pour l’ensemble des USA.
– 150 milliards de dollars seront consacrés sur 10 ans à la recherche sur les énergies renouvelables.
– Mise en place de normes urbanistiques à haute qualité environnementale comparables à celles prises par le Grenelle de l’Environnement.

Enfin, et surtout, Barack OBAMA affirme sa volonté de faire des Etats-Unis le leader mondial de la lutte contre le changement climatique. Les américains étant les plus gros producteurs mondiaux de gaz à effet de serre par habitant, l’importance de cette décision dans l’efficacité de l’application des accords de Kyoto et Rio est capitale.

Le nouveau Président des Etats-Unis incarne un espoir, qui, je l’espère, ne sera pas déçu. La tâche sera difficile, et on peut penser que ce sont 8 années de retard qu’il a à rattraper.

Il n’est pourtant pas trop tard, et à l’heure, où beaucoup d’entre nous s’interrogent sur le tournant que doit prendre le monde aujourd’hui, l’espoir que nous donnent les américains ne pourra que rejaillir sur l’ensemble de la planète, et ainsi, donner l’impulsion qui nous sera nécessaire pour en faire une réalité.

juillet 2018
L M M J V S D
« Nov    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

RSS Le Nouveau Centre

  • Comment détecter les faux profils coquins
    Arnaques sur les sites de rencontre Les faux profils coquins existent sur tous les sites de rencontre qui existent en ce moment sur toute l’Europe. Il faut toujours rester vigilant, sans toutefois dramatiser. Le plus important, c’est que vous soyez conscient du phénomène et que vous mettiez dans un coin de la tête l’éventualité d’avoir Read More → […]

RSS Yvan LACHAUD

  • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.

Adhérer en ligne

Publicités