Hervé Morin, Président du Nouveau Centre, prend acte des résultats décevants de la majorité aux élections régionales.

« En dépit de la victoire en Alsace et à la Réunion, il faut désormais analyser avec lucidité  les messages d’inquiétude et d’impatience que les Français nous ont adressé à travers cette élection.

Dans le contexte de crise économique et sociale sans précédent, nous n’avons pas suffisamment expliqué l’absolue  nécessité d’engager les adaptations indispensables qui permettront à notre pays de se réformer  pour un retour à la croissance et à l’emploi.

Le vote de ce soir ne doit pas provoquer le retour à l’immobilisme mais au contraire renforcer notre détermination à améliorer la vie des Français et préparer l’avenir de notre pays.
Pour le Nouveau Centre, ce scrutin nous impose de poursuivre le rassemblement de la famille centriste.
Dans ce cadre, il revient au Nouveau Centre de faire vivre les valeurs d’humanisme, de liberté, et l’idéal européen, au cœur de l’identité centriste.

C’est par une expression plus visible de la famille centriste au sein de la majorité que nous pourrons à nouveau mobiliser toutes celles et ceux qui se sont détournés de la majorité présidentielle à l’occasion de ce scrutin régional. »

Yvan Lachaud, Secrétaire Général du Nouveau Centre et Député du Gard, estime pour sa part qu’il s’agit là d’un « vote sanction ».

« Ce vote montre qu’il est difficile de faire des réformes dans ce pays. La montée du Front National exprime des difficultés en matière de gestion de l’insécurité. L’espoir donné pour plus d’ordre n’a pas été satisfait et cela a amené un vote refuge sur le FN.

Face à cette situation, nous devons nous projeter dans l’avenir et le Président de la République doit renforcer sa majorité dans la diversité.

Les centristes doivent par ailleurs réfléchir afin de réunir un vrai parti de centre droit pour le futur. »

Julien Devèze, chef de file du Nouveau Centre pour ces élections régionales, a tenu à rendre hommage à Raymond Couderc, « même si le résultat n’est pas satisfaisant, il a su garder sa ligne, et ne pas céder aux sirènes du populisme et de la démagogie. Nous pouvons être fiers du sérieux de notre campagne. »

« Merci à tous ceux qui ont cru en moi, qui depuis le mois de juillet, où nous avons commencé à préparer le projet, jusqu’à ce dimanche pour tenir les bureaux, nous ont aidé dans cette campagne à faire avancer nos idées.

Ce soir nous ne sommes pas élus, mais notre devoir est de continuer à exprimer la voix de ceux qui croient que notre pays a besoin de se rassembler plutôt que se diviser; de se réformer plutôt que de regarder en arrière; d’avoir un projet d’avenir plutôt que de céder à l’air du temps! »