You are currently browsing the monthly archive for décembre 2009.

A la veille de ces fêtes de fin d’année, toute l’équipe du Nouveau Centre du Gard vous souhaite de passer de très bonnes fêtes.

Nous nous retrouverons dès le 4 janvier avec de nombreux évènements dans notre région Languedoc-Roussillon.

Tout d’abord, le jeudi 7 janvier, Hervé MORIN sera à Perpignan pour une réunion publique à 18h30, Salle des Liberté, rue Batissol.

Ensuite, le grand rendez-vous nîmois de ce début d’année 2010 vous est donné par Yvan LACHAUD, le vendredi 22 janvier à 19h, pour la traditionnelle présentation de ses voeux à la circonscription, à l’Hôtel Holiday Inn, 202, rue Claude-Nicolas Ledoux à Nîmes.

Vous pouvez d’ores et déjà télécharger son journal parlementaire sur son site: http://yvanlachaud.blogspirit.com

Du côté des élections régionales, vous pouvez également télécharger sur le blog de Julien DEVEZE, un document de synthèse des 50 propositions pour le Languedoc-Roussillon. http://sofuture.midiblogs.com

Bonne lecture et à très bientôt.

Publicités

Hier, avec Mme BARBUSSE, et avec Monsieur PROUST, nous avons assisté, pendant le vote du budget au Conseil Général, , à un véritable « tour de magie » dont le prestidigitateur était Damien ALARY.

 Un budget départemental marqué par des changements de cap imposés par un calendrier électoral rappelé par son mentor Georges FRECHE.

 « un budget de la Ville de Nîmes qui se veut lui, tout ce qu’il y a de plus rigoureux, sérieux,  constant et cohérent »

C’est donc avec fierté qu’ici, au Conseil Municipal, je voterai, comme les élus du Groupe Nouveau Centre, un budget de la Ville de Nîmes qui se veut lui, tout ce qu’il y a de plus rigoureux, sérieux,  constant et cohérent.

 Fierté,  le mot peut vous paraître fort… et pourtant.

 Je tiens en effet à souligner la qualité du travail réalisé par Yvan LACHAUD et le service des Finances pour la gestion financière de la Ville. C’est au prix d’efforts permanents, depuis 2001, que nous pouvons aujourd’hui regarder l’avenir financier de notre ville avec sérénité. Et ce, malgré les turbulences que connaissent de nombreuses autres collectivités.

 Contrairement à d’autres, en effet, Nîmes dégage chaque année, un virement de la section de fonctionnement vers la section d’investissement de plus en plus important. C’est tout le symbole de cette bonne gestion.

 Contrairement à d’autres, le coût de notre collectivité pour le contribuable est, chaque année, moins cher, et nous permet de favoriser les investissements sur l’avenir ; les équipements au service de nos concitoyens.

 Notre capacité d’autofinancement augmente elle aussi, ce qui nous permet de désendetter fortement notre ville. (-27.35% depuis 2001 soit 80.5 millions d’€)

 Tout cela se fait avec des choix raisonnés, des engagements d’économie sur le long terme, sans coupe sombre pour certains secteurs, car les subventions aux associations restent en augmentation de 7%. Nous maîtrisons en fait, nos dépenses de personnel et nos frais de gestion, et avons fait baisser nos frais financier de 15,77% cette année : tout cela n’impacte pas les nîmois.

 C’était notre engagement en 2001, il a été reconduit en 2008, la majorité municipale fera revivre Nîmes sans que cela coûte plus cher aux nîmois ! Pas de hausse d’impôts pour le neuvième exercice budgétaire consécutif.

 « des budgets cohérents et marqués par une vision à moyen et long termes vaudront toujours mieux que des budgets « offensifs » de dernière minute »

C’est bien la preuve que l’on peut investir fortement en toute sérénité. +11,7% cette année pour des projets structurants comme les écoles des Platanettes, Henri Wallon, ou encore le projet AEF et Jean Jaurès.

 C’est bien la preuve que des budgets cohérents et marqués par une vision à moyen et long termes vaudront toujours mieux que des budgets « offensifs » de dernière minute.

Yvan LACHAUD, Secrétaire Général du NC, présente les chefs de file régionaux aux côtés d'Hervé Morin, dont Julien DEVEZE pour le Languedoc-Roussillon

Le Conseil National du Nouveau Centre se réunissait aujourd’hui pour valider les engagements d’une plateforme nationale et les projets des différentes régions.

Les languedociens, venus à plus d’une trentaine à Paris aujourd’hui, autour d’Yvan LACHAUD, Secrétaire Général du Nouveau Centre et Député du Gard, Julien DEVEZE – Chef de file pour les régionales en Languedoc-Roussillon, Annabelle BRUNET – Vice-Présidente de l’agglomération de Perpignan, Sébastien FREY – Conseiller Général de l’Hérault et Président du NC 34, Gérard ROUX – Vice-Président du NC 30 et Conseiller Général du Gard, Michel St Clair – Adjoint de Leucate, et Délégué dptal adjoint du NC 11, sans oublier, Eline ENRIQUEZ-BOUZANQUET – Pdte des Jeunes Centristes du Languedoc-Roussillon.

Ils ont eu l’occasion d’entendre Julien DEVEZE évoquer très concrètement la réalité de la précarité énergétique, ces personnes âgées, qui n’ont plus les moyens de se chauffer en hiver, sous les yeux de Valérie LETARD, Ministre de l’Ecologie, qui a décidé d’en faire un de ses chevaux de bataille. Aider les foyers modestes à isoler leur habitation, répondre enfin aux demandes d’emplois des entpreneurs en éco-métiers, deux des propositions du Nouveau Centre que le chef de file du Languedoc-Roussillon avait décidé de mettre en lumière aujourd’hui.

Vous pouvez retrouver ici, les cinq engagements du Nouveau Centre pour ces élections régionales.

Et les 50 propositions du Nouveau Centre Languedoc-Roussillon sur le blog de Julien DEVEZE.

Une contribution de militants de la fédération gardoise

du Nouveau Centre au débat national

  Vendredi 04 décembre 2009, à la permanence de la fédération gardoise du Nouveau Centre, à Nîmes, une cinquantaine de militants ou sympathisants se sont retrouvés, dans une ambiance comme à l’accoutumée chaleureuse, pour participer à un premier échange sur « l’identité nationale », échange conduit par Julien DEVEZE, délégué de la fédération du Gard, chef de file du Nouveau Centre pour les élections régionales de mars 2010, et Jacky RAYMOND, président délégué au projet.

 La rencontre a commencé par une interrogation liminaire sur l’opportunité d’un tel débat. A l’exception de quelques participants, inquiets du risque de manipulation induit par une telle réflexion ou par celui de dérives en rapport avec l’identitaire ou le communautarisme, la réponse a été positive. En effet, celles et ceux qui se sont exprimés à ce sujet ont estimé, d’une part qu’il convenait de lever bien des malentendus, notamment à propos des étrangers ayant accédé à la nationalité française, d’autre part de se réapproprier les éléments constitutifs du sentiment d’appartenance à la nation française, en particulier au travers de la question « qu’est-ce qu’être français » ?

La suite de l’échange a montré que même ceux qui avaient manifesté leur réticence, voire leur opposition, à un tel débat n’ont pas manqué d’apporter des contributions aussi intéressantes que passionnées.

« le questionnement porte davantage sur les conditions de l’unité nationale que sur l’identité nationale »

 L’un des participants a immédiatement proposé que le questionnement porte davantage sur les conditions de l’unité nationale que sur l’identité nationale. Cette piste de réflexion, réintroduite ultérieurement dans le débat par les animateurs, n’a pas été approfondie.

 Après un essai de clarification de la notion d’identité, comme caractère fondamental d’une personne ou d’un groupe, comme élément d’interaction de l’un à l’autre – du singulier à l’altérité –,  le débat a fait apparaître que les participants se vivent comme porteurs d’identités simultanées, du local au continental. Plusieurs intervenants se sont dits à la fois gardois, voire nîmois, languedociens, méditerranéens, français… mais aussi européen. D’autres ont souligné que la construction de leur identité relève aussi de leur tradition familiale, de leur parcours scolaire, de leur appartenance confessionnelle, de leur pratique associative.

 Une composante de notre identité française – expression jugée préférable à celle d’identité nationale, celle-ci considérée comme connotée négativement – a fait l’objet d’un réel consensus : la laïcité. Une rapide comparaison entre la situation de la France en la matière et celle d’autres pays d’Europe, et celle de la Turquie, a permis de conclure que la conception française de la laïcité est spécifique et constitue un trait particulier de notre communauté nationale.

 L’échange a également mis en évidence d’autres caractéristiques de l’identité française : l’appropriation de la devise de la République et des valeurs qui la sous-tendent ; les principes et l’organisation de la justice, notamment le principe du contradictoire, tellement bafoué dans beaucoup d’autres pays ; les dimensions spécifiques de notre culture, au travers de nos traditions, de notre gastronomie, de notre création artistique.

Ces différents points auraient mérité de plus larges développements. Mais, faute de temps – le débat a duré environ une heure… avant le moment attendu et essentiel de convivialité –, ils n’ont été qu’esquissés.

« la famille et l’Ecole ont une responsabilité majeure dans l’appropriation progressive de ce sentiment d’appartenance à une nation »

 Il convient enfin de souligner que le débat a été traversé par une sorte de « fil rouge » : la place de l’éducation dans la construction de notre identité française, au double plan individuel et collectif. Les participants ont été unanimes à considérer que la famille et l’Ecole ont une responsabilité majeure dans l’appropriation progressive de ce sentiment d’appartenance à une nation, en l’occurrence la nation française. L’accent a tout particulièrement été mis sur l’importance de l’éducation civique et de l’éducation à la citoyenneté ; d’aucuns ont même souligné la nécessité d’une restauration des leçons de morale, adaptées à notre temps et à notre société.

 Bien que limité dans sa durée, ce premier échange atteste l’intérêt manifeste, souvent passionné, des militants du Nouveau Centre pour un tel débat, dont la dimension ontologique et les enjeux ne leur ont pas échappé, consciemment ou non, et la nécessité de le poser aujourd’hui, dans une société en crise.

La tournée nationale de Charles de COURSON sur la dette continue. Le mardi 1er décembre avait lieu l’étape héraultaise à la faculté d’économie de Montpellier. Dans un amphithéâtre de plus de 80 personnes, Charles de COURSON, député de la Marne, vice-président de la commission des finances de l’Assemblée Nationale et trésorier du Nouveau Centre, a présenté la stratégie qu’il faudrait adopter, selon lui, pour éviter de léguer à nos enfants un héritage aussi pesant. Cette conférence a été suivie d’un diner convivial avec les membres du bureau de la fédération de l’Hérault.

décembre 2009
L M M J V S D
« Nov   Jan »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

RSS Le Nouveau Centre

  • Comment détecter les faux profils coquins
    Arnaques sur les sites de rencontre Les faux profils coquins existent sur tous les sites de rencontre qui existent en ce moment sur toute l’Europe. Il faut toujours rester vigilant, sans toutefois dramatiser. Le plus important, c’est que vous soyez conscient du phénomène et que vous mettiez dans un coin de la tête l’éventualité d’avoir Read More → […]

RSS Yvan LACHAUD

  • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.

Adhérer en ligne

Publicités