You are currently browsing the monthly archive for septembre 2009.

Pierre BECQUE, Conseiller Régional Nouveau Centre des Pyrénées Orientales nous fait parvenir ce communiqué réagissant aux propos de Georges FRECHE tenus dans l’hémicycle régional pour tenter de justifier la réduction de moitié d’une subvention annoncée à l’EPCC de Tautavel. Il avait auparavant été interrogé sur sa décision de transférer le salon du Vin Bio de Perpignan à Montpellier…

« Vendredi 25 septembre, les Conseillers Régionaux se réunissaient pour la première fois… depuis le 20 juin 2009 ! Trois mois pendants lesquels la démocratie régionale a fonctionné sans aucune consultation des élus.

 Evidemment, après un tel délai, l’ordre du jour était abondant (plus de 120 dossiers avec ceux qui furent rajoutés au dernier moment, comme à l’ordinaire).

 La séance commencée avec retard, les deux premiers points de l’ordre du jour furent, à juste titre, longuement évoqués durant plus de deux heures. Alors, le Président décida d’accélérer et les 120 dossiers furent évoqués quasiment sans débat en une heure trente.

 S’ensuivirent les incidents avec un conseiller régional Vert dissident, mais aussi des réponses stupéfiantes aux deux questions écrites que l’opposition avait déposées.

 A Pierre BECQUE qui l’interrogeait sur les raisons du déplacement brutal du Salon des Vins Biologiques 2010 de PERPIGNAN à Montpellier, Georges FRECHE répondait sans aucune réflexion : « L’an prochain il sera à PERPIGNAN ». Dont acte, si la promesse est tenue, mais qu’advient-il des dépenses engagées au plan local pour l’année 2010 ?

 Vint alors la question de Danièle PAGES concernant le financement de l’EPCC de TAUTAVEL, pour lequel la Région, après avoir promis 400.000,00 €, n’en a versé, avec retard, que 200.000,00. Là, fidèle à sa technique habituelle, le Président fit valoir la responsabilité de l’Etat qui, selon lui, « voudrait commander sans payer ».

 « L’Etat est pauvre ».

 Et Georges FRECHE d’ajouter : ‘Madame PAGES, quand on est pauvre on se tait ».

 L’opposition, devant l’outrance de ces propos, a décidé de quitter la salle.

 Après les harkis, les blacks et les esclaves, ce sont désormais les pauvres que Georges FRECHE veut stigmatiser. Et avec çà, il sera l’homme en charge des valeurs de la gauche aux prochaines élections régionales. »

Publicités

Par Jacky RAYMOND, Président-délégué de la Fédération du Gard

Dans le numéro du magazine « L’Express » du 17 septembre 2009, il est publié un classement des régions françaises selon deux indicateurs : le traditionnel indicateur de revenu disponible brut par habitant et un nouvel indicateur qui mesure l’état de santé social de chaque région.

 Selon le premier de ces indicateurs, le Languedoc-Roussillon se classe à l’avant-dernier rang des régions métropolitaines (21ème /22), juste avant le Nord-Pas-de-Calais. Et quatre des cinq départements de la région, à l’exception de la Lozère, se caractérisent par des écarts très importants de revenus, parmi les plus forts de France (rapport supérieur à 6), entre les 10 % les plus riches et les 10 % les plus pauvres.

Selon le second, composé d’une vingtaine de variables, retenues pour leur pertinence, comme le chômage, la santé, l’environnement, le lien social, les conflits du travail, les inégalités hommes-femmes, la criminalité, etc., la région occupe la dernière place.

 Tel pourrait avoir beau jeu d’établir une corrélation entre le revenu par habitant et l’indicateur de santé social. Or, les experts qui ont procédé à ce travail minutieux affirment qu’il n’en est rien.

 Alors, comment expliquer que la région Languedoc-Roussillon, tant vantée par les responsables de la majorité régionale PS/PC, une région qui bénéficie de nombreux atouts, notamment géographiques et climatiques, se situe aussi mal dans l’ensemble de nos régions ?

Si les responsabilités sont assurément partagées, si l’Etat doit assurer la part des siennes, les élus régionaux ne sauraient se dédouaner des leurs.

 Au-delà des déclarations d’intention et des annonces tonitruantes, quel diagnostic ont-ils posé sur cette situation régionale catastrophique, qui assimile le Languedoc-Roussillon à la région Nord-Pas-de-Calais, dévastée de longue date par la disparition des mines et la crise industrielle, dont les structures traditionnelles ont été durablement détruites ?

 Il est urgent de travailler, avec les habitants de la région Languedoc-Roussillon, à la construction d’un projet ambitieux, digne de cette belle région du grand sud, dont les ressources, notamment humaines, sont considérables. Il est urgent d’arrêter des stratégies à la hauteur des enjeux et des ambitions pour cette région, pour le développement d’une économie forte, pour la valorisation de patrimoines naturels et historiques exceptionnels, pour l’amélioration significative des conditions de travail et de vie de ses habitants.

 Le Nouveau Centre, avec le gardois Julien DEVEZE et ses co-équipiers régionaux, ne manquera pas d’œuvrer à l’élaboration de ce projet fondamental pour l’avenir du Languedoc-Roussillon.

Didier HamonDidier HAMON, délégué du Canton de Bagnols sur Cèze a été interviewé, dimanche 20 septembre par Midi-Libre pour faire le point sur la section qu’il dirige avec l’ancien Maire de Bagnols René CRET.

Vous retrouverez l’essentiel de cet entretien en cliquant sur ce lien.

Le Nouveau Centre se structure sur tout le département du Gard. Il est à présent bien implanté dans la majorité des cantons du département.

DSC_0080Chers amis,
 
Ca fait du bien de se retrouver chez soi !!! Cela dit, le défi en vaut la chandelle ! Que de merveilleux moments passés au sein des Jeunes Centristes. Quelle exaltation, quelle volonté de bien faire et de réussir !
Ce n’est pas toujours facile, mais nous avons cet enthousiasme qui nous pousse à nous dépasser, pour nous permettre, comme aux universités d’été, de faire émerger les thèmes qu’on a envie de voir émerger. Car il faut savoir que le Nouveau Centre et Hervé Morin nous laisse carte blanche pour gérer nos universités que ce soit sur la forme ou sur le fond. Et ça c’est une belle preuve de confiance car c’est le seul mouvement à le faire.
D’ailleurs, Benjamin LANCAR, le Président des Jeunes Populaires nous l’a dit à Agen… en trois mots : il nous envie.
Je suppose qu’il n’à rien a envier à notre énergie et à notre enthousiasme, mais il nous envie peut-être comme un cheval de traie envie un mustang de l’ouest américain. Nous, nous n’avons pas de brides !
Parfois des coups de cravache, mais toujours pour avancer plus vite et donner encore plus de vitalité à ce mouvement. Un coup de cravache comme Hervé Morin sait les donner pour pousser 40 jeunes sur 40 circonscriptions aux prochaines législatives. Si ça ce n’est pas une volonté de renouvellement de la vie politique !
Mais bon, n’exagérons rien, la jeunesse n’est pas une fin en soi, loin de là. Elle ne vaut que si elle est portée par les racines profondes de l’histoire. Et notre histoire, quel que soit notre âge, c’est l’UDF ! La volonté affirmée de défendre la proximité, l’humanisme, les réformes et de rassembler les français.
Alors, à tous, membres du Nouveau Centre, jeunes ou moins jeunes, pour faire vivre ce mouvement comme on le fait dans le Gard, je voudrais dire un grand bravo !

DSC_0071Chers amis,

Vous savez, cela représente beaucoup pour moi d’être ici parmi vous. C’est vrai ce qu’a dit Julien, bien que nîmoise, j’ai fait beaucoup de kilomètres pour vous rejoindre, et c’est bien normal. Car si j’ai quitté hier soir avec tristesse des amis qui me sont chers, c’est pour en retrouver d’autres qui le sont tout autant ici aujourd’hui.

C’est la chance de notre équipe, c’est la chance de ce mouvement, de créer une ambiance unique en son genre dans les mouvements politiques… du moins à en croire les journaux et le parti socialiste.

Nous passons en effet d’excellents moments ensemble, et avons constitué un noyau dur de jeunes centristes qui s’investissent avec beaucoup d’abnégation dans notre mouvement. Nous sommes aujourd’hui plus de cent dans le Gard. Nous partageons des moments festifs qui font de nous une vraie bande de copains, mais nous nous retrouvons aussi dans une vraie famille d’idées.

Car les jeunes centristes, ne sont pas une caution. Ils ont une part entière dans la vie de ce mouvement, grâce à la simplicité et au sens de l’écoute d’hommes comme Hervé Morin ou Yvan Lachaud.

Ils ont su nous « dégotter » des fers de lance comme Damien ABAD qui est vraiment une fierté pour nous. Ils savent aujourd’hui mettre au premier plan quelqu’un comme Julien DEVEZE sur qui nous fondons beaucoup d’espoir.

Certains disent que le Gard est la pépinière du Nouveau Centre. Je crois qu’ils ne se trompent pas, car nous sommes derrière eux nombreux pour les aider, et faire de notre mouvement, l’UDF d’aujourd’hui.

Je pense à Laure ALTEIRAC et Fanny ROUVERET qui ont organisé avec le succès que l’on sait les dernières universités d’été, on peut une nouvelles fois les applaudir, à tout rompre, comme elles l’ont été à Agen.

Je pense également à Mélisandre et son impact dans le milieu universitaire ; je pense à Rharib sur Aigues-Mortes, à Claudie à Générac, à Mohamed, élu à Thoiras, à Corentin à Aubord, à Coraline à Nîmes, etc…

Et puis le Gard, n’est pas seul. Notre fédération régionale se structure et se développe. Dans l’Hérault, Aurélie VEA va mettre en place une super fédération, j’en suis persuadée. Dans les Pyrénées Orientales, Annabelle BRUNET, est pour sa part déjà Vice-Présidente de l’Agglo de Perpignan, et à seulement quelques encablures d’un mandat de Député européen.

Oui, je crois vraiment que les jeunes du Languedoc-Roussillon se retrouvent parfaitement dans notre identité centriste. D’abord parce que nous avons su mettre en place les structures pour les accueillir, mais aussi et surtout parce que notre ouverture d’esprit, notre tolérance, et notre sens des responsabilités, le tout sans se prendre au sérieux, font de nous le lieu idéal de notre engagement.

Merci à tous pour tout ce que vous avez fait, faîtes et ferez encore dans l’avenir.

DSC_0069Chers amis,

Merci à vous tous d’être présents aussi nombreux pour cette convention. Je tenais à vous dire combien cela me fait plaisir de vous voir et de vous dire aujourd’hui ces quelques mots.

L’actualité s’est faite ces jours-ci autour de la question de la Taxe Carbone. D’aucuns l’ont décrite avec beaucoup de démagogie, notamment du côté de Ségolène Royal, comme un impôt de plus que nous aurons à payer. Il est vrai, il faut bien l’admettre, que le gouvernement n’a d’ailleurs pas toujours été très bon dans sa communication à ce sujet.

Et c’est très dommage, car, nous ne parlons pas ici d’un impôt supplémentaire, mais du changement profond de notre fiscalité dans sa nature, et par extension de nos mentalités.

Les différents chocs pétroliers auxquels nous avons du faire face au cours des trente dernières années ont eu des conséquences sociales et économiques désastreuses pour nos sociétés. Chômage, insécurité, crise de confiance. Imaginez dans quel monde nous pourrions vivre si ces chocs pétroliers, qui n’étaient que ponctuels, venaient à devenir permanents. Imaginez les difficultés auxquelles nous aurions à faire face si, du jour au lendemain, le plastique, le transport, les médicaments, l’alimentation, venaient à être remis en cause par manque d’énergie fossile. Notre monde serait confronté à une véritable anarchie. Et bien c’est ce qui nous attend, si nous ne nous y préparons pas sérieusement.

C’est pourquoi instaurer une taxe carbone, qui fera peser sur les énergies fossiles plutôt que sur notre travail le poids de notre fiscalité et de notre système social, est un effort courageux, certes, mais salvateur. Je crois pouvoir dire d’ailleurs qu’en France, une telle réforme est historique. On peut saluer l’audace du Président de la République, mais aussi et surtout celle des français, qui malgré ce que tentent de faire croire certains politiciens carriéristes sont globalement favorable à l’évolution de leur fiscalité. Plus que jamais, nous français, redonnons le sens au mot exemplaire que nous voulons si souvent être, mais qui si souvent n’est qu’une parade de mots !

Nous serons donc exemplaires  sur notre sens des responsabilités envers les jeunes, envers nos enfants et leurs enfants. Et cette exemplarité, ce sens des responsabilités, c’est bien le Nouveau Centre qui peut le porter ! On l’a vu au cours des interventions précédentes, c’est cette volonté qui fait notre identité, et c’est pourquoi nous sommes les mieux placés, pour porter le message du développement durable. Les Verts, excusez-moi de le dire, sont engoncés dans leur idéologie, dans leur manichéisme, et leur incapacité à réformer leur pensée, notamment sur le nucléaire.

Au quotidien, cela fait des années que nous élus centristes défendons les projets porteurs d’avenir et d’économies pour nos concitoyens. Aujourd’hui, avenir, et économies sont deux mots qui sont étroitement liés. A la mairie de Nîmes, où je suis en charge du développement durable, l’économie d’énergie de nos bâtiments pour ne parler que de cela, fait partie intégrante des efforts d’Yvan LACHAUD, Adjoint aux Finances, pour réduire le coût de notre collectivité pour les nîmois et augmenter les investissements que nous faisons à leur service.

Plus que jamais, l’écologie, l’énergie est au centre de notre quotidien et nos élus doivent en être les ardents défenseurs, comme disait Gérard, « objectifs ». Alors pour conclure, et pour me moquer gentiment d’une responsable du Modem, qui ne se voyait « ni de droite, ni de gauche, mais devant », je voudrais simplement dire, que chez nous, ce qui est « devant », ce n’est pas notre ambition personnelle, c’est notre projet, notre AVENIR !

gerard rouxMesdames, Messieurs,  Chers Amis,

C’est en tant qu’ancien de l’UDF que je m’adresse à vous aujourd’hui ! C’est vraiment avec beaucoup de plaisir que je le fais, car je vois, que la relève, le renouvellement, sont toujours un maître-mot dans notre formation centriste. Que ce soit de jeunes quadras comme Thierry et Bruno, ou des personnes dont le talent et la compétence ont été reconnus dans la société civile et qui s’engagent aujourd’hui dans la politique comme Jacky Raymond, je vois en eux, cette volonté de proximité, ce désir de représenter au mieux les administrés qui a toujours habité les élus de l’UDF, et ceux aujourd’hui du Nouveau Centre !

Car si nous sommes pour la décentralisation, c’est que nous faisons confiance aux élus locaux, pour être les plus aptes à gérer les intérêts de leur commune, de leur département, ou de leur région, au plus près des habitants, de ceux qui vivent, tous les jours, ce quotidien qui est le sel de la vie politique.

Les grandes idées, ne font pas, loin s’en faut, les grandes actions.  Mais il est vrai qu’il est quand même préférable d’avoir un peu d’idée pour agir ! Quand je dis, un peu d’idées, je parle, d’une cohérence, d’une pensée qui sous-tend l’action. Et bien nous, cela quoi qu’on en dise nous l’avons.

Nous, nous n’allons pas nous perdre ni dans les méandres du carriérisme présidentiel qui, bien souvent, se loge dans l’opposition systématique ;  ni dans l’idéologie figée et souvent inadaptée de quelques illuminés. Ce qui sous-tend notre action, c’est le pragmatisme, qu’une idée soit d’un bord ou de l’autre, quand elle est bonne, elle est bonne, et autant la soutenir.

Et comment juger qu’une idée est bonne ? Et bien tout simplement, quand elle va dans l’intérêt de nos concitoyens. Ca ne veut pas dire faire de la démagogie, ou du populisme, car en tant qu’élus, nous devons avoir le courage de mener des réformes courageuses qui voient loin, dans le long terme. Mais toujours pour un avenir meilleur.

C’est résolument l’attitude qui est la nôtre au Conseil Général du Gard.  Ce pragmatisme nous éloigne de la politique politicienne qui régit parfois la majorité du Conseil Général. Des petits arrangements entre amis masqués par l’alibi de la décentralisation. Cette attitude n’est pas la notre, et c’est la raison pour laquelle, nous nous situons, clairement dans l’opposition. Mais en tant qu’élu rural, il est aussi de notre responsabilité de comprendre qu’une route, un collège, un centre social n’est ni de droite, ni du centre, ni de gauche, elle est tout simplement à nos concitoyens !

Le Centrisme a toujours eu cette responsabilité de vivre la politique en toute objectivité. Je suis aujourd’hui fier d’être dans le parti qui fait de l’objectivité sa priorité.

Jacky Raymond

Jacky Raymond

Mesdames et Messieurs, Chers Amis,

Il est particulièrement stimulant et intéressant de constater avec quelle assiduité les adhérents du Nouveau Centre sont présents à chacune des manifestations que notre mouvement organise. Je passerai rapidement sur l’aspect festif et convivial, certes primordial, mais que chacun aura facilement compris en regardant sur votre gauche… du côté du bar !

Non, l’assiduité dont je veux parler, c’est celle de nos débats et de l’actualité politique. Celle qui montre que chacun de nous n’est pas un mouton de panurge derrière un chef, mais aussi un être porteur de valeurs profondes et sincères.

Nous nous réunissons régulièrement, dans des configurations diverses – groupes de réflexion, repas à thèmes, etc. – pour échanger sur des sujets d’actualité, comme celui des mères porteuses qui a agité les médias il y a quelques mois, ou de grandes problématiques contemporaines, comme celle du développement durable. Nous y mettons  aussi en évidence nos préoccupations, dont beaucoup sont aussi celles de la majorité de nos concitoyens ; et nourrissons du même coup certaines interventions du député, je pense notamment à la question du travail du dimanche.

Les élus du Nouveau Centre, en sont l’émanation, et prennent, sur leurs territoires respectifs, toute leur place par la qualité de leur engagement et de leur travail, y compris dans telle commune où les relations avec la composante UMP de la majorité municipale sont compliquées, tendues, voire conflictuelles. Ils apportent notamment une touche fondamentale d’humanité et de social dans des choix et des décisions qui engagent le quotidien et la vie de nombre de nos concitoyens fragilisés par le contexte économique actuel ou totalement démunis et confrontés à des situations dramatiques.

Avant toute considération plus générale, je tiens à souligner que là où le Nouveau Centre est présent et structuré, dans le Gard, ses valeurs et son action sont reconnues et appréciées.

Si je m’exprime en ces termes, c’est que la lisibilité de notre parti n’est pas évidente. Le Nouveau Centre est bien repéré – même s’il existe encore des confusions avec le MoDem – sur le territoire de la 1ère Circonscription du Gard, celle d’Yvan, qui y accomplit un travail extraordinaire depuis qu’il en est le député. Il l’est sur certains territoires communaux où, malgré des difficultés parfois considérables, une poignée de militants « défrichent » le terrain, mènent des actions de proximité et renforcent leurs liens avec la population locale.

Il y faut cependant une condition supplémentaire, qui vaut aussi pour le national : que le parti sache mieux faire valoir son projet, sache mieux communiquer sur ses valeurs et ses orientations, sur sa place au sein de la majorité présidentielle… en bref, se distingue clairement du parti avec lequel beaucoup de gens le confondent – vous avez reconnu le Modem.

Il est vrai que le président du MoDem et ses affidés nous y aident fortement si l’on considère, pour reprendre le mot de Robert Solé, chroniqueur du Monde, dans un de ses « billets » récents, que, comme certains « géants de l’industrie lancent des OPA sur leurs concurrents, François Bayrou fait une offre publique de dialogue (OPD) à l’opposition ». Mais on ne définit pas une politique par un simple positionnement. Chacun peut aujourd’hui observer les dégâts, pour un parti, d’un rejet brutal – par exemple l’antisarkozysme primaire.

Il convient d’expliciter avec le maximum de simplicité et de clarté les ambitions et les choix fondamentaux de notre parti, les stratégies à mettre en œuvre pour être un parti de gouvernement reconnu, non, pardonnez-moi la brutalité du propos, un appendice de la majorité.

Je le dis d’autant plus sereinement que le Ministre Hervé MORIN est apprécié du Président de la République, fort légitimement au regard de l’excellence de son action à la tête du Ministère de la Défense, qu’il est un homme respecté et écouté. Il en va de même, dans une autre posture, pour notre Secrétaire général et député – ils savent, avec diplomatie et efficacité, imposer des choix essentiels ; les élections européennes récentes en ont encore apporté la démonstration.

Nous avons su y imposer nos députés, comme Damien ABAD, Sophie AUCONIE et Jean-Marie CAVADA, qui était encore dans la région, à St Cyprien, jeudi dernier, et qui a assuré Julien DEVEZE de sa présence à ses côtés pour la campagne des régionales, nous avons su, donc y imposer des hommes et des femmes de valeur, mais aussi et surtout, notre programme et nos idées. Elles sont fortes, humaines, sociales, profondément réformatrices, je dirai même pour être plus précis, rénovatrices… c’est ensemble que nous devrons les porter au cours des prochaines échéances, et soyez en sûrs, les français nous en remercieront !

Thierry Procida

Thierry Procida

Chers amis,

Comme vient de le dire notre ami Bruno, nous avons beaucoup de raisons d’être fiers de notre fédération. Nous avons en effet 800 adhérents, mais, je dois l’avouer, ceux-ci sont pour la moitié des nîmois.

Or, vous le savez, la force d’une formation politique, c’est aussi sa représentation territoriale.

En tant que conseiller général, situé dans l’opposition, je ne peux qu’avoir l’objectif, de remporter les prochaines élections cantonales, pour qu’enfin nous fassions tomber ce bastion socialiste. Ce ne sera pas facile, mais il est à présent temps de réparer cette injustice qui consiste à ce que le parti socialiste détienne la majorité à lui seul dans ce département en représentant seulement moins d’un tiers de la population gardoise. Les conseillers généraux de l’IRL, qui ne sont que 13, en représentent pourtant plus de 38% !

Les prochaines élections cantonales de 2011 nous donneront l’occasion de mettre fin à cette injustice. 20 des 23 cantons renouvelables sont détenus par la gauche, et nous devrons, nous, Nouveau Centre avoir des candidats dans ces 20 cantons pour faire en sorte que l’opposition départementale puisse proposer partout le meilleur candidat, issu de toutes les sensibilités de la Majorité Présidentielle.

Aujourd’hui, la moitié du travail est fait, et nous avons des sections dynamiques à Aigues-Mortes, à Beaucaire, à Alès, à Vauvert, à St Mamert du Gard. Nous avons beaucoup d’espoir et venons de mettre en place des structures efficaces en Cévennes, à Sommières, à Lassalle. Mais il reste beaucoup de travail.

Les sections existantes doivent grandir, multiplier leurs actions d’opposant comme à Aigues-Mortes autour de Pierre Maumejean ; développer leur lisibilité avec la création d’une permanence comme à Alès ; ou continuer le travail de terrain et de proximité comme le font nos élus à Montmirat et Montpezat dans le canton de St Mamert.

Chacun d’entre nous, doit faire tâcher d’amener et de convaincre une de ses connaissances à rencontrer les responsables du Nouveau Centre. Sachez que nous sommes à votre disposition pour cela. Et Julien DEVEZE qui va partir aux régionales sera lui aussi tout disposé à venir sur vos cantons pour sa campagne, ce et vous servira de support pour développer votre section cantonale.

Notre liberté d’action n’a d’égale que l’ampleur de notre tâche, alors innovons, inventons, et surtout soyons présents sur le terrain pour faire de notre fédération, non seulement la première de France, mais surtout pour dépasser nos concurrents, adversaires ou alliés dans le cœur des gardoises et des gardois !

A l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine, les Ateliers du Handicap initiés par Mme Christiane GRAS, Conseillère Municipale déléguée aux Personnes Handicapées, en partenariat avec la Direction de la Culture, l’IME La Cigale, le Foyer Hubert Pascal et le CPI Montaury présentent une exposition de peinture, de sculpture et d’objets s’inspirant de l’histoire et du patrimoine de la Ville de Nîmes.

Cette exposition sera inaugurée par Jean-Paul FOURNIER, Sénateur-Maire, le samedi 19 septembre à 10h dans la Cour d’Honneur de l’Hôtel de Ville et sera suivie par une chorale des enfants du CPI Montaury à 10h30.

A noter qu’un plan décrivant un parcours où des monuments seront représentés en pictogramme est à retirer auprès de l’Office de Tourisme à partir du samedi 19.

Christiane GRAS
Conseillère Municipale Nouveau Centre de Nîmes
Déléguée aux Personnes Handicapées

septembre 2009
L M M J V S D
« Août   Oct »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

RSS Le Nouveau Centre

  • Comment détecter les faux profils coquins
    Arnaques sur les sites de rencontre Les faux profils coquins existent sur tous les sites de rencontre qui existent en ce moment sur toute l’Europe. Il faut toujours rester vigilant, sans toutefois dramatiser. Le plus important, c’est que vous soyez conscient du phénomène et que vous mettiez dans un coin de la tête l’éventualité d’avoir Read More → […]

RSS Yvan LACHAUD

  • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.

Adhérer en ligne

Publicités